« Nous sommes les plus chanceux » : la troupe du Kyiv City Ballet bloquée à Paris

Ivan et Ekaterina Koslov ont l’habitude d’être loin de chez eux, en tournée avec la compagnie Kyiv City Ballet. Ce qu’ils n’avaient jamais connu en revanche, c’est d’être bloqués dans un pays étranger. Sans pouvoir retourner dans le leur.

 

Une mauvaise surprise

Le couple est arrivé à Paris le 23 février avec 38 jeunes danseurs, pour une courte tournée d’une version pour enfants de Casse-Noisette. Quelques heures plus tard, la Russie envahissait l’Ukraine. Et tous les vols à destination et en provenance de l’aéroport de Kiev ont été immédiatement interrompus.

Nous nous sommes réveillés le matin de l’invasion avec des dizaines et des dizaines de messages sur nos téléphones disant que l’Ukraine était envahie,

raconte Ekaterina, 30 ans.

Assise dans un café parisien, elle s’interroge. « Quel est le mot pour décrire une chose beaucoup, beaucoup plus grande qu’un choc ? ».

« Une mauvaise surprise ? », suggère son mari Ivan, 39 ans, qui a fondé le corps de ballet de la capitale ukrainienne. Avant de secouer la tête. « Nous n’avons jamais pensé que quelque chose comme cela arriverait. Les danseurs ne l’ont pas vu venir. Ils sont sous le choc, ils s’inquiètent pour leurs familles. Nous voyons des choses à la télévision mais cela ne semble toujours pas réel. »

Si tout s’était déroulé comme prévu, la troupe de ballet serait déjà de retour à Kiev. Et les répétitions pour de nouvelles représentations de Cendrillon et Roméo et Juliette sous la direction de Koslov, auraient déjà repris. Désormais, personne ne sait quand ils reverront leurs maisons et leurs familles.

 

Un accueil bienveillant

Nous avons tellement plus de chance que les autres,

admet Koslova, directrice adjointe du ballet. « Tout le monde en France a été merveilleux. On s’occupe bien de nous. »

Les danseurs sont actuellement hébergés dans un hôtel et ont été assaillis d’offres d’hébergement, de pointes et de justaucorps. La Mairie de Paris a donné à la compagnie une résidence au Théâtre du Châtelet sur la rive droite de la Seine. Pour répéter, et jouer quand la programmation du lieu le permet.

Nous sommes vraiment reconnaissants au théâtre du Châtelet. Mais nous ne voulons pas être une nuisance car il a ses propres événements à organiser.

La compagnie de Kiev a présenté ses dernières représentations à Nantes et Tours. Le Châtelet a désormais prévu d’emmener Casse-Noisette à Toulouse et Vannes, plus tard dans le mois. Des produits qui ravissent malgré tout le couple.

« Ce n’est pas facile pour nous de nous organiser. Mais nous serions plus qu’honorés de danser n’importe où dans le monde. Sauf la Russie bien sûr. »

La France se soucie des causes vertes, mais pas de son parti vert

L’écologie progresse en France, mais pas le parti Les Verts

L'UNESCO enverra des gilets pare-balles aux journalistes ukrainiens.

Des gilets pare-balles pour les journalistes ukrainiens