Chute de 13 % des naissances en France en janvier

Chute de 13 % des naissances en France en janvier

On pensait que le confinement allait se traduire par un nouveau baby boom, et bien non, c’est raté. C’est l’inverse qui s’est produit. On peut même parler de baby bust dans la baisse des naissances est importante. De fait, avec 740 000 naissances enregistrées en 2020, la France a connu son plus bas niveau de naissances depuis 1945. 

La baisse de la natalité en France n’est pas nouvelle. Elle s’est notamment traduite, depuis un certain nombre d’années, par un nombre d’enfants par femme inférieur à 2, alors qu’il a été longtemps proche de 3. Cependant, cette baisse s’est singulièrement accentuée en 2020. Le nombre d’enfants nés en France, en janvier 2021, a notamment baissé de 13 % par rapport à celui de janvier 2020.

Autrement dit, on ne comptabilise en janvier 2021 que 53 900 naissances contre 62180 en janvier 2020. Isabelle Robert-Bobée, de l’Insee, souligne en effet que :

Il faut remonter à la fin du baby boom de 1975 pour observer une baisse comparable.

 

Accélération de la baisse des naissances en France et dans d’autres pays occidentaux

La promiscuité forcée n’a donc eu aucun fait sur la natalité contrairement à ce que des commentaires rapides voulaient laisser croire, mais bien au contraire, le pessimisme induit par la crise sanitaire a eu probablement pour conséquence de renforcer une tendance à la baisse de la natalité déjà bien ancrée dans les mentalités

Il convient de noter que cette tendance n’est pas propre à la France. On l’observe également dans d’autres pays du monde occidental comme, par exemple, l’Espagne, l’Italie, ou les Etats-Unis

Cette situation démographique est naturellement un facteur à prendre en compte dans l’évaluation des perspectives économiques et le calcul du montant des retraites à verser aux futurs pensionnés. Moins de naissances, c’est en effet moins de consommateurs et moins d’actifs pour soutenir un régime de retraite par répartition. 

Les conséquences de la baisse des naissances en France ne sont pas seulement économiques

Les effets de la baisse de natalité ne s’arrêtent pas là. Elle se double d’un mouvement migratoire en forme de ciseau. Pour le percevoir, il convient d’observer l’origine géographique des parents des nouveaux-nés. Globalement, les nouveaux-nés ayant deux parents nés à l’étranger constituent, aujourd’hui, près de 17 % du total des nouveau-nés. La proportion n’était encore que de 11,4 % en 2009.

De plus, si on observe les situations locales, cette proportion peut être très largement supérieure dans certaines régions comme, par exemple, la région Ile-de-France, ou certains départements comme, par exemple, la Seine-Saint-Denis. Dans ce département, en effet, les deux-tiers des nouveaux-nés ont au moins un parent étranger

En résumé, 

La crise sanitaire a accéléré la baisse de naissances en France. Cette baisse, si elle  est durable, peut être naturellement une source d’inquiétude en ce qui concerne les perspectives économiques et sociales du pays. A noter, enfin, que les données démographiques ont ceci de particulier qu’elles ont des effets mécaniques irréversibles et indépendants des partis pris. Ce sont des faits et non des opinions ou des préjugés.

2020: les Français ont épargné 130 milliards

2020 : Les Français ont épargné 130 milliards d’euros

trains gratuits

Occitanie : trains gratuits en 2021 pour les jeunes