Le CAC 40 contaminé par le coronavirus

Le CAC 40 contaminé par le coronavirus

Le sommet des 6100 points de la mi-janvier parait déjà bien loin.  Le CAC 40 évolue désormais sous les 5700 points. Va-t-il s’arrêter là ? Telle est est la question que se pose tous les investisseurs. La faute au coronavirus. Déjà en cause lors de la récente baisse de l’indice. Après avoir considéré l’épidémie de coronavirus comme une simple péripétie, sans grandes conséquences sur les résultats des entreprises constituant l’indice phare de la bourse de Paris, il semble que les investisseurs aient changé d’avis.

Le fait est que les nouvelles en provenance d’Italie ne sont pas réconfortantes. Et pour ce qui est de l’épidémie en Chine, même si elle semble marquer le pas, celle-ci est toujours bien présente. Quant à la France. Même si les autorités sanitaires se veulent rassurantes, il n’empêche que les déclarations où elles se disent prêtes à tout ont de quoi refroidir même les tempéraments les plus optimistes.

Une chose est sûre. Dans un contexte de « zéro stock », la prolongation d’une situation se traduisant par des fermetures de frontières ne peut qu’à terme nuire au bon fonctionnement des entreprises. Sans même parler des conséquences sur l’ensemble du secteur touristique.

On ne peut dès lors que regarder en arrière et observer que les derniers plus bas, à moyen et long terme, du CAC 40 se situent autour de 4500 points. De quoi donner le vertige à bien des investisseurs.

 

Lire aussi :  Le fonds Allianz Private Equity lève plus de 500 millions d'euros
Marc Duteil Journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Né en 1965 à Toulouse, Bernard Duteil est un journaliste reconnu et respecté pour sa rigueur, son analyse pénétrante et son engagement indéfectible pour la vérité. Fils d'une enseignante et d'un avocat, il a grandi dans une atmosphère où l'importance de l'éducation, de l'éthique et de la justice étaient profondément enracinées.

Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences humaines, il est entré à l'Université de Toulouse Jean Jaurès où il a obtenu une licence en communication et journalisme. A la fin de ses études, Bernard s'est lancé dans un voyage autour du monde qui a duré un an, nourrissant sa curiosité insatiable et forgeant sa perspective globale.

Bernard a fait ses débuts journalistiques au "Nouvel Observateur", où il s'est rapidement distingué par son style d'écriture incisif et sa capacité à explorer en profondeur des sujets complexes. Par la suite, il a travaillé pour "Le Monde", où il a couvert des sujets allant de la politique internationale à la culture, avant de rejoindre "France Info" puis se dédier à l'écriture de pige pour plusieurs rédactions dont NewsFrance.org

Nice Matin vient de passer sous la coupe de Xavier Niel

49 560 € : c’est le prix moyen à payer pour avoir un diplômé de l’Epita