Les banques centrales mondiales intensifient la lutte contre l’inflation

Voilà que les banques centrales du monde augmentent leurs taux d’intérêt à un rythme agressif alors que l’inflation persiste et gagne un large éventail de biens et de services. Préparant l’économie mondiale à une embardée vers des crédits plus chers, une baisse des valeurs des actions et des obligations. Et, potentiellement, un net recul de l’activité économique.

 

Une inflation galopante

L’inflation a bondi dans de nombreux secteurs depuis le début 2021, alors que la forte demande de biens s’est heurtée aux pénuries provoquées par la pandémie. Les banques centrales ont passé des mois à guetter les réouverture des économies et le désengorgement des routes maritimes qui pourraient atténuer les contraintes d’approvisionnement. Et ramener à la normale les dépenses de consommation.

Cela, hélas, ne s’est pas produit. Et puis, la guerre en Ukraine a débuté et n’a fait qu’aggraver la situation en perturbant l’approvisionnement en pétrole et en nourriture. Poussant les prix encore plus haut.

Alors, les décideurs économiques mondiaux ont commencé à réagir. Au moins 75 banques centrales ont augmenté leurs taux d’intérêt, dont beaucoup à partir de niveaux historiquement bas. Si les décideurs politiques ne peuvent pas faire grand-chose pour contenir les prix élevés de l’énergie, des coûts d’emprunt plus élevés pourraient aider à ralentir la demande des consommateurs et des entreprises. De quoi donner à l’offre une chance de rattraper son retard sur une gamme de biens et de services, afin que l’inflation ne se poursuive pas indéfiniment.

La Banque centrale européenne se réunira cette semaine et devrait procéder à sa première hausse de taux depuis 2011. Une qui, selon les responsables, ne sera probablement que d’un quart de point. Mais sera probablement suivie d’une hausse plus importante en septembre.

 

Escalade à travers le monde

D’autres banques centrales ont déjà commencé à agir de manière plus agressive, craignant que les consommateurs et les investisseurs n’envisagent une hausse constante des prix (un changement qui pourrait faire de l’inflation un phénomène plus permanent).

Les responsables de la Réserve fédérale notamment ont accéléré leur réponse. Ils ont augmenté au maximum les coûts d’emprunt depuis 1994. Et ont suggéré qu’un mouvement encore plus important reste possible.

Alors que les taux d’intérêt grimpent dans le monde entier, des craintes gagnent les investisseurs que l’économie mondiale ne ralentisse fortement. Et que certains pays ne se retrouvent plongés dans de douloureuses récessions. Les prix des matières premières, dont certains peuvent servir de baromètre de la santé économique mondiale, ont chuté à mesure que les investisseurs sont devenus nerveux. Les responsables économiques internationaux ont averti que la voie à suivre pourrait s’avérer cahoteuse alors que les banques centrales ajustent leur politique. Et que la guerre en Ukraine accroît l’incertitude.

Ce sera une année 2022 difficile. Et peut-être une année 2023 encore plus difficile, avec un risque accru de récession,

a reconnu Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international. Georgieva a fait valoir que les banques centrales devaient réagir à l’inflation, affirmant qu’agir maintenant ferait moins de mal qu’agir plus tard.

Environ les trois quarts des institutions suivies par le fonds ont relevé leurs taux d’intérêt depuis juillet 2021. Les économies développées les ont relevés de 1,7 point de pourcentage en moyenne. Tandis que les économies émergentes ont augmenté de plus de 3 points de pourcentage.

 

La dernière fois que tant de grandes nations ont brusquement augmenté leurs taux pour lutter contre une inflation aussi rapide, c’était dans les années 1980. Les contours de la banque centrale mondiale étaient alors différents. Le bloc monétaire de 19 pays pour lequel la BCE définit la politique n’existait pas encore. Et les marchés financiers mondiaux étaient moins développés.

 

Ralentissement et pressions généralisées

Le fait que tant de banques centrales soient désormais confrontées à une inflation rapide augmente les risques de turbulences sur les marchés à la fin d’une ère de taux très bas. Alors que les nations et les entreprises tentent de s’adapter à l’évolution des flux de capitaux. Ces flux changeants peuvent influencer la capacité des pays et des entreprises à vendre des titres de créance et autres titres pour lever des fonds.

Les conditions financières se sont resserrées en raison de pressions inflationnistes croissantes et généralisées. De l’incertitude géopolitique provoquée par la guerre. Et d’un ralentissement de la croissance mondiale,

explique Janet L. Yellen, secrétaire au Trésor américain. « Maintenant, les investissements de portefeuille commencent à apparaître des marchés émergents. »

Pour les marchés financiers, l’ajustement à des taux d’intérêt plus élevés pourrait être délicat. A mesure que les taux augmentent, les prix des actions et des autres actifs peuvent baisser de manière durable. Les épargnants pouvant recevoir des remboursements plus élevés sur des investissements moins risqués, comme la dette publique.

L’incitation, c’est de chasser le rendement. Cela pousse les marchés à des valorisations plus élevées que celles qu’ils auraient eues sur la base des fondamentaux.

L’action simultanée augmente également le risque que certains pays puissent tomber en récession alors que les consommateurs et les entreprises réduisent leurs dépenses. On estime toutefois à 40% la probabilité qu’une récession ne s’installe en Europe occidentale et aux États-Unis au cours de la prochaine année. Ce risque découle à la fois des mouvements de la banque centrale et des bouleversements de la guerre de la Russie en Ukraine, qui ne montre aucun signe de fin.

L’inflation doit être notre priorité, à chaque réunion et chaque jour.

Les décisions de dépenses et de tarification prisent chaque jour dépendent dess attentes en matière d’inflation future.

La question reste de savoir ce que cela signifiera pour l’économie mondiale.  

Si l’inflation s’enracine, ou montre des signes d’évolution, les banques centrales pourraient devoir réagir encore plus agressivement qu’elles ne le font actuellement. Ecrasant intentionnellement la croissance.

Poutine vise à former une nouvelle génération de partisans, à travers les écoles

Poutine vise à former une nouvelle génération de partisans, à travers les écoles

Voici comment Netflix va vous facturer 3 euros supplémentaires pour avoir partagé le mot de passe de votre compte.

Netflix : Bientôt 3 euros supplémentaires pour partager votre mot de passe ?.