Shopopop, le BlaBlaCar des livraisons à domicile s’étend en Europe

Fondée en France, la société lance ses opérations à Madrid. Avec des accords avec Mon Parnasse, Natural Bouquet et le magasin de vins Vino Premier.

L’entreprise française de livraison collaborative à domicile, Shopopop, est arrivée en Espagne après avoir obtenu un tour de table de 20 millions d’euros auprès de GO Capital, Épopée Gestion pour le fonds West Web Valley I, Pierre Voillet et Meridiam, par l’intermédiaire du Fonds de croissance Green Impact.

Fondée en 2016 à Nantes, l’entreprise a développé le réseau logistique le plus étendu du pays en moins de cinq ans. Son service de livraison s’appuie sur une communauté de livreurs privés, les Shoppers. Des citoyens qui profitent de leur trajet quotidien pour livrer les produits des points de vente partenaires de la plateforme. Et reçoivent en retour une compensation financière.

En 2020, avec l’essor du commerce électronique suite à la pandémie, Shopopop a étendu ses livraisons à cinq pays. La Belgique, le Luxembourg, l’Italie, le Portugal et les Pays-Bas. Elle arrive maintenant en Espagne pour renforcer un réseau unique en Europe, qui vise à rendre les livraisons à domicile plus flexibles, plus abordables et plus durables.

La première étape nationale est Madrid, où elle a déjà commencé à constituer un réseau de magasins partenaires. Dont des fleuristes tels que Mon Parnasse et Natural Bouquet, et le magasin de vins Vino Premier.

 

En échange de ce service, les citoyens reçoivent entre 5 et 8 euros

Shopopop propose un modèle de crowdshipping. Une branche de l’économie collaborative appliquée aux services de messagerie qui consiste à profiter du trajet d’une personne pour apporter un colis à une autre personne sur son chemin. C’est comme BlaBlaCar, mais avec des livraisons à domicile. Son objectif est d’encourager l’entraide et l’échange de services entre particuliers.

Lire aussi :  Quels sont les meilleurs fonds obligataires indexés sur l'inflation en euro ?

Shopopop en Europe

En outre, en permettant aux consommateurs de partager leurs trajets, elle contribue également à réduire les embouteillages dans les villes et nos émissions de CO2. Ainsi, le service se base sur les trajets habituels des citoyens (école, courses, travail) qui, pour gagner de l’argent supplémentaire et aider leur communauté, vont chercher les achats de leurs voisins dans les points de vente et les leur livrent. En contrepartie de ce service, ils reçoivent une participation aux frais comprise entre 5 et 8 euros.

 

Soutenir le commerce local

La plateforme fonctionne avec différents types de points de vente : les supermarchés, les magasins spécialisés (fleuristes, cavistes, parapharmacies et parfumeries), ainsi que les magasins indépendants.

« Grâce à notre modèle économique, nous obtenons des performances logistiques optimales avec une plus grande flexibilité. D’une part, nous voulons aider les détaillants locaux à concurrencer les grands acteurs… Comme Amazon et les autres géants du commerce électronique. Et d’autre part, nous voulons promouvoir l’économie collaborative. Afin que chacun puisse gagner de l’argent supplémentaire en livrant à ses voisins et en promouvant des actions plus durables »,

explique Clara Lloveres, directrice générale pour l’Espagne chez Shopopop.

 

Plus d’un million de livraisons d’ici à 2021 en France

Ce service est disponible dans 15 000 villes françaises et est soutenu par une communauté de 300 000 acheteurs. Depuis 2021, la plateforme a organisé plus d’un million de livraisons pour 1 700 points de vente. Soit deux fois plus qu’en 2020. D’ici à 2025, elle prévoit d’atteindre un réseau de 50 000 magasins partenaires. Entre 2019 et 2020, les livraisons ont augmenté de 300 %, en raison de la pandémie.

Lire aussi :  Black Friday reporté : réouverture des commerces prévue le 27 novembre

Shopopop travaille avec les principaux acteurs de la distribution alimentaire (Auchan, Carrefour, Casino, E.Leclerc, Intermarché, Système U, etc.), de la distribution spécialisée (Eram, Bureau Vallée, etc.) et du commerce de détail (Eram, Bureau Vallée, Biocoop, L’eau Vive, etc.) et des commerces de proximité (Jeff de Bruges, Cavavin, etc.).

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Lire aussi :  Réunion de la BCE de septembre : que se passera-t-il ?

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Un cargo russe intercepté dans la Manche

Un cargo russe intercepté dans la Manche

Au-delà de l'Ukraine, "l'empire du mensonge" américain est la cible de Poutine

Au-delà de l’Ukraine, Poutine cible « l’empire du mensonge » américain