GLASGOW, des manifestations à la COP26

Alors que la COP26 continue à GLASGOW jusqu’au 12 novembre, une importante mobilisation citoyenne y était organisée ce samedi. 

Dans toutes les capitales du monde, les manifestants défilent pour presser les dirigeants à agir vite. Une action mondiale relayée dans plusieurs villes de France, comme à Paris et Rennes où malheureusement les cortèges ont rassemblé peu de foules.

 

30 000 personnes ont défilé à GLASGOW

Des vents destructeurs, déforestation et pluies mortelles, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Glasgow samedi lors de manifestations bruyantes et colorées. Exhortant les dirigeants mondiaux à prendre des mesures suffisamment sévères pour faire face à l’ampleur de la crise climatique de l’univers.

Lançant des banderoles, battant des tambours ou chantant, une série de manifestants ont secoué une grande partie de la ville écossaise de Glasgow. qui accueille le sommet sur le climat COP26. Dans l’après-midi, une longue procession de protestation se frayait un chemin à travers la ville.

La manifestation vise à mettre les dirigeants mondiaux sous pression. Un large éventail de requêtes, notamment la justice raciale et l’égalité des revenus.

Nous ne devons pas sous-estimer l’importance du … mouvement climatique … Il commence vraiment à changer la conscience des gens.

A déclaré Feyzi Ismail, maître de conférences en politique mondiale et en action à Goldsmiths, University de Londres.

Je pense que c’est plus important que ce qui se passe à l’intérieur de la conférence de Glasgow. Cela exerce la pression nécessaire pour forcer les gouvernements à agir. Mais aussi à prendre des positions beaucoup plus radicales qu’ils ne le souhaiteraient.

 

Lire aussi :  Des milliers de personnes manifestent en France contre le « pass Covid »

De nombreux manifestants ont un lien direct avec le réchauffement climatique.

Des inondations se produisent et continueront de se produire.

A déclaré Alexandra Bryden, 63 ans, confectionneuse de rideaux d’Auchterarder, au nord d’Édimbourg. En effet, son atelier a été inondé et elle s’inquiète pour les futurs membres de sa famille vivant le long de la côte.

Selon les organisateurs, plus de 200 événements se sont déroulés dans le monde. Dont plus de la moitié en Grande-Bretagne.

 

À Paris, des centaines de manifestants

Dans notre capitale, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant l’hôtel de ville. Où des militants brandissaient des portraits de dirigeants mondiaux inactifs pour empêcher le réchauffement climatique. Ainsi, les dirigeants, dont le président Biden et le président Emmanuel Macron, ont été brandis.

La foule a ensuite chanté :

Et un, et deux, et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité. Et un, et deux,et trois degrés, c’est un crime contre la biodiversité.

Avant d’assister à une minute de silence pour les victimes du changement climatique dans le monde.

 

Un tas de manifestations depuis ses derniers jours à GLASGOW 

La marche de ce samedi était le résultat de petites manifestations qui ont eu lieu au cours de la semaine dans toute la ville. Y compris une exposition dirigée par des jeunes vendredi. Organisée par le groupe Fridays for Future, Le mouvement international né d’un mouvement de grève scolaire de Greta Thunberg en 2018.

Elle s’est adressée à la foule vendredi. Et a qualifié la COP26 de Glasgow d' »échec ».

Lire aussi :  La Chine s'engage dans la politique écologique

 

Du concret

La première semaine du sommet sur le climat à Glasgow, a vu de nouveaux engagements pour lutter contre la déforestation et s’éloigner du charbon. Au moins 105 pays ont signé un accord pour réduire les émissions de méthane. Le puissant gaz à effet de serre.

Les grandes institutions financières ont déclaré qu’elles mobiliseraient des milliers de milliards de dollars pour aider à faire évoluer l’économie mondiale vers une énergie plus propre.

Pourtant, selon les experts, afin d’éviter les pires effets du changement climatique, la hausse des températures doit être limitée à 1,5 degré Celsius. Et cet objectif n’est pas accessible, même si tous les pays respectent leurs engagements actuels !

 

Marc Duteil Journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Né en 1965 à Toulouse, Bernard Duteil est un journaliste reconnu et respecté pour sa rigueur, son analyse pénétrante et son engagement indéfectible pour la vérité. Fils d'une enseignante et d'un avocat, il a grandi dans une atmosphère où l'importance de l'éducation, de l'éthique et de la justice étaient profondément enracinées.

Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences humaines, il est entré à l'Université de Toulouse Jean Jaurès où il a obtenu une licence en communication et journalisme. A la fin de ses études, Bernard s'est lancé dans un voyage autour du monde qui a duré un an, nourrissant sa curiosité insatiable et forgeant sa perspective globale.

Lire aussi :  Rétrofit : la France rattrape son retard en l'autorisant pour les véhicules à moteur thermique de plus de 5 ans

Bernard a fait ses débuts journalistiques au "Nouvel Observateur", où il s'est rapidement distingué par son style d'écriture incisif et sa capacité à explorer en profondeur des sujets complexes. Par la suite, il a travaillé pour "Le Monde", où il a couvert des sujets allant de la politique internationale à la culture, avant de rejoindre "France Info" puis se dédier à l'écriture de pige pour plusieurs rédactions dont NewsFrance.org

SageFund est une plateforme de gestion de patrimoine, en ligne. 2 partie/2

SageFund est une plateforme de gestion de patrimoine, en ligne. 1ere partie/2

SageFund est une plateforme de gestion de patrimoine, en ligne. 2 partie/2

SageFund est une plateforme de gestion de patrimoine, en ligne. 2ème partie/2