Drame familial à Saint-Brieuc : une mère et sa fillette tuées

Dimanche 22 janvier 2023, un drame familial s’est déroulé dans un quartier ouest de la ville de Saint-Brieuc. Une femme de 22 ans et sa fillette de 3 ans et demi ont été tuées par un homme de 24 ans. Celui-ci a également tiré sur sa belle-mère de 59 ans avant de se donner la mort. Le quartier Waron, où s’est déroulé le drame, est sous le choc.

 

Les circonstances de l’événement

Selon les sources, l’homme aurait tiré sur sa compagne, sa fillette et sa belle-mère avant de se donner la mort. Les motifs de cette tragédie ne sont pas encore connus mais les enquêtes sont en cours. L’émotion est grande dans tout le quartier Waron, où de nombreux habitants ont été témoins de la scène.

 

La question de la violence faite aux femmes

Le drame ramène encore une fois sur le devant de la scène la question des violences faites aux femmes.

Selon les données de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), près de 220 000 femmes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles en France l’année passée. Le même rapport indique que les violences conjugales ont été signalées dans près de 140 000 enquêtes menées par les forces de l’ordre.

Il existe différents types de violences faites aux femmes en France. Notamment la violence physique, la violence sexuelle, les violences psychologiques, les violences économiques et les violences liées à la «dépendance».

Les violences faites aux femmes sont souvent liées à des stéréotypes de genre et à des attitudes discriminatoires envers les femmes. Celles-ci sont souvent plus exposées à la violence de leur partenaire intime ou ex-partenaire. Les femmes les plus vulnérables à la violence sont souvent celles qui vivent dans des situations de précarité économique. Et les femmes appartenant à des minorités ethniques.

Lire aussi :  Faits divers - Enlèvement à Villeparisis : vidéo d'un homme agressé et enlevé en pleine rue

En France, il existe des lois pour protéger les femmes contre la violence. Y compris le Code pénal, la loi sur les violences conjugales de 1992, et la loi de 2018 pour protéger les femmes contre les violences sexistes et sexuelles. Il existe également des centres d’accueil pour les femmes victimes de violences. Des numéros d’urgence, des programmes de soutien et des campagnes de sensibilisation pour aider les femmes à sortir de la violence.

Malgré ces mesures, la violence faite aux femmes reste un problème majeur en France. L’occasion de continuer à sensibiliser sur cette question. Et de mettre en place des mesures pour protéger les femmes et les enfants contre la violence.

Plainte contre les influenceurs Blata : escroquerie et abus de confiance

Gastronomie : le Danemark remporte le Bocuse d’Or 2023