Iran : Les Français se mobilisent en solidarité avec les manifestants iraniens

Quinze jours après la mort de Mahsa Amini en Iran, la colère et l’indignation se sont largement propagées à l’international. Vendredi soir, à Paris, les manifestants ont appelé le président Emmanuel Macron à prendre position.

 

Le soulèvement de l’opposition

Les protestations déclenchées par la mort de Masha, 22 ans, arrêtée et tuée par la police des mœurs iranienne pour un foulard mal ajusté, se sont transformées en une colossale manifestation d’opposition aux autorités religieuses iraniennes. 

En France, plusieurs groupes de défense des droits des femmes ont publié vendredi une déclaration sur les réseaux sociaux appelant à des rassemblements de soutien aux femmes iraniennes.

L’accès à Internet a été limité en Iran. Nous avons donc un rôle à jouer pour relayer les messages des Iraniens et des Iraniennes ici et amplifier leurs actions,

a déclaré Fabienne El-Khoury, porte-parole du groupe féministe Osez le Féminisme, qui a co- a organisé la manifestation parisienne de ce vendredi. La page Instagram du groupe partage des vidéos de femmes iraniennes dansant et jetant leurs voiles au feu.

Lorsque nous manifestons ici, nous ne craignons pas pour nos vies. Nous saluons le courage des femmes iraniennes qui jouent leur rôle en descendant dans la rue et en continuant à se dévoiler publiquement pour réclamer l’égalité et la justice sociale dans un pays où le corps des femmes est contrôlé par l’État.

En effet, la République islamique d’Iran oblige les femmes à se couvrir le corps et les cheveux en public. Elles ne sont pas non plus autorisées à porter des pantalons serrés, ou des jeans troués. La danse en public ou en présence d’hommes est également interdite, tout comme le chant, à moins que leur voix ne soient utilisée comme chœurs dans des orchestres traditionnels.

 

Un soutien croissant

En Iran, depuis le début des troubles, plusieurs manifestantes mais aussi des hommes venus les soutenir ont été tués par les forces de sécurité iraniennes. 76 selon l’ONG iranienne Iran Human Rights. Et au moins 52 selon Amnesty. International.

L’une des victimes iraniennes, une femme de 22 ans nommée Hadis Najafi, a reçu plusieurs balles au visage et au cou alors qu’elle manifestait dans la banlieue de Téhéran à Karaj, le 21 septembre. Sa photo, largement partagée sur les réseaux sociaux, en a fait l’héroïne d’un mouvement qui perdure malgré la répression gouvernementale.

En France, les féministes demandent à Emmanuel Macron de mettre fin à un silence assourdissant.

Le chef de l’Etat a en effet été critiqué pour ne pas avoir condamné la répression en Iran lors de sa rencontre avec le président iranien Ebrahim Raisi, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York le 20 septembre. Macron avait alors sommairement appelé à une enquête transparente sur la mort d’Amini, et exhorté les autorités iraniennes à respecter les droits des femmes.

 

Une militante iranienne interpelle Ségolène Royal

Plusieurs femmes iraniennes ont exhorté les féministes ces derniers jours à réagir plus fortement aux événements en Iran.

Comment pouvez-vous vous qualifier de féministe ? Comment pouvez-vous demander l’égalité des droits pour les hommes et les femmes, soutenir #MeToo et être absente pour le mouvement #MahsaAmini ?,

a tweeté Golshifteh Farahani en début de semaine. L’actrice iranienne, qui a joué dans de nombreux films français, vit en exil depuis 2008 pour avoir joué dans des films étrangers sans foulard.

De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, c’est la journaliste et militante Masih Alinejad, fondatrice du mouvement My Stealthy Freedom, qui appelle depuis 2014 les femmes iraniennes à retirer leur foulard. Elle a également appelé les féministes et dirigeantes occidentales à être plus solidaires de l’Iran, en s’exprimant davantage en vidéo notamment.

Dans un éditorial du Washington Post, l’activiste a exprimé sa consternation face au fait que plusieurs femmes politiques, dont l’ancienne ministre française de l’environnement Ségolène Royal, aient accepté de porter le hijab en Iran lors de visites.

Je fais appel à toi Ségolène Royal. Je fais appel à toutes les femmes politiques occidentales qui sont allées en Iran et ont obéi aux lois sur le hijab. Maintenant c’est à votre tour de riposter ! Faites une vidéo. C’est à vous de passer à l’action.

Alors que les manifestations se poursuivent en Iran, des manifestations de solidarité se déroulent dans le monde entier ce week-end, notamment à Paris dimanche après-midi, et à Los Angeles et Sydney samedi.

Biden choisit Macron pour la première visite d’État de sa présidence

Annie Ernaux : Lettre ouverte contre Macron