Le Brexit : la cause de pénurie de nourriture

Le Brexit : la cause de pénurie de nourriture

On ne doit pas prononcer son nom, mais le Brexit est le cœur du problème. Le Brexit est l’explication centrale des nombreuses crises qui tracassent actuellement les Britanniques.

 

Plus de canette de COCA à cause du Brexit

Rappelez-vous la grande pénurie avant les deux autres grandes pénuries. Celle qui faisait les gros titres avant le manque d’essence pour faire fonctionner nos voitures. Ou encore le manque de gaz domestique pour chauffer nos maisons.

À savoir, la pénurie de CO2. Utilisé pour les boissons pétillantes, dans la production de viande et pour conserver la fraîcheur des aliments. Pouvez-vous deviner quelle partie du Royaume-Uni n’a pas été touchée par ce problème ? Ouvrez une canette de boisson gazeuse si vous avez dit Irlande du Nord.

Parce que l’Irlande du Nord fait toujours partie du marché unique des biens, ce qui signifie qu’elle peut obtenir du dioxyde de carbone d’Europe continentale.

Le reste du Royaume-Uni n’a pas eu de chance et le gouvernement a été contraint de payer COCA-COLA pour que l’entreprise américaine conserver deux sites ouverts. Parce que… Brexit.

C’est le fil conducteur qui traverse crise après crise. Bien sûr, ce n’est pas la seule explication. La Grande-Bretagne serait plus exposée que nos voisins continentaux à la pénurie de gaz même si nous étions resté dans l’UE.

Grâce à une décision politique de maintenir des réserves beaucoup plus réduites. Vous pouvez mettre cela sous l’incompétence du gouvernement plutôt que le Brexit.

 

Des problèmes de transport

Le malheur des Britanniques peut être attribué à cette décision fatidique du Brexit. Et aussi, à la façon dont elle a été gérée.

Les rayons sont vides dans les supermarchés. Tout comme  au pub. C’est le résultat de « problèmes de chaîne d’approvisionnement« . C’est-à-dire une pénurie de camionneurs.

Il se trouve qu’il y a une pénurie de chauffeurs de poids lourds à travers l’Europe. En effet, la Covid a aggravé les choses. Par exemple en retardant la formation de nouveaux chauffeurs.

Mais le problème est particulièrement grave au Royaume-Uni. Effectivement, la combinaison du Brexit et de la Covid a poussé de nombreux conducteurs issus de  l’UE à rester en Europe.

Pour les entreprises britanniques, le Brexit à lui seul, rend difficile l’embauche des chauffeurs du continent. Mais aussi, rend difficile le travailler des chauffeurs de l’UE au Royaume-Uni. Par exemple, pour le transporteur de Łódź qui doit effectuer un déplacement par Leicester et Lyon, l’étape britannique est tellement complexe que cela n’en vaut pas la peine.

Il n’y a pas de surprise d’après Sam Lowe, un sage du commerce au Center for European Reform. 

Nous avons pris une grande décision pour nous différencier de nos voisins.

Ou encore Paul Kelly, un célèbre musicien reconverti en éleveur de dinde dans l’Essex :

La raison pour laquelle nous avons tous ces problèmes, c’est à propos du Brexit et rien d’autre. Le problème est la pénurie de main-d’œuvre.

C’est aussi simple que ça.

Et pourtant, peu de Britanniques osent le dire.

 

Plus d’analyses sanguines 

Becton Dickinson, le principal fournisseur de tubes de prélèvement sanguin du NHS  a du mal à expliquer la pénurie de flacons d’échantillons. Cette pénurie a conduit les médecins généralistes à ne plus effectuer de tests sanguins pendant un mois.

La société a blâmé les « défis de transport » et les « défis à la frontière britannique« . Mais quels sont donc ces défis frontaliers ? N’est-ce pas là aussi, à cause du Brexit ?

Les réformistes sont ravis de regarder les files d’attente sur le parvis. Ou encore les rayons des supermarchés vides. Et disent « nous vous l’avions dit ».

 

 Pour reprendre les mots du travailliste Andrew Adonis : 

Il est incroyable qu’une organisation appelée l’opposition ne s’y oppose pas parce qu’elle n’ose pas utiliser le mot Brexit.

Le gouvernement manque actuellement à l’une de ses responsabilités les plus fondamentales : assurer la fourniture de produits de première nécessité. Et pourtant, il domine toujours les sondages. Cela ne changera pas tant que nous n’aurons pas le courage d’identifier la source centrale de nos problèmes et le nommer enfin : le Brexit. Comme pour Voldemort.

 

 

Le Royaume-Uni et la France après le Brexit

Le Royaume-Uni et la France après le Brexit

Marseille fracturée et abandonnée

Marseille fracturée et abandonnée