Nouvelle coulée de lave du volcan Cumbre Vieja se dirigeant vers l’océan

Nouvelle coulée de lave du volcan Cumbre Vieja se dirigeant vers l'océan

L’un des volcans les plus actifs des îles Canaries, Cumbre Vieja, crache des cendres et du gaz depuis plus de deux semaines maintenant. Le volcan se trouve sur l’île de La Palma, dans l’archipel des Canaries, au large des côtes nord-ouest de l’Afrique. Aujourd’hui, il a été confirmé qu’un nouveau flux de lave très liquide se dirige vers l’océan.

 

Cumbre Vieja, un volcan très actif

Cette dernière coulée pourrait entraîner de nouvelles évacuations ainsi que des conséquences économiques potentielles telles que des perturbations dans les secteurs du tourisme et de la pêche. Les scientifiques présents sur le site affirment que cette éruption particulière pourrait entrer dans les livres d’histoire.

En effet, ils n’ont jamais rien vu de tel auparavant. Les habitants espèrent que la n’atteindra pas leurs maisons ou leurs moyens de subsistance.

L’éruption volcanique a également entraîner des changements atmosphériques qui cause des problèmes dans les transports aériens.

Le volcan Cumbre Vieja a déjà émis 80 millions de mètres cubes de magma depuis son entrée en éruption il y a 2 semaines. Cette nouvelle coulée a débuté vendredi, vers 02 h 30, c’est-à-dire 01 h 30 GMT. après l’apparition d’une nouvelle bouche jugée très effusive. Cette dernière se trouve sur le côté du Cumbre Vieja. 

 
 
 
Sur les vidéos recueillies et diffusées par l’IGME et Involcan, on voit un imposant torrent de lave ardent  traçant un chemin sur un sol calciné.
Cette coulée s’ajoute à la lave déjà accumulée dans l’océan Atlantique. Formant une large plateforme de magma. Ainsi, la superficie dépasserait 20 hectares et continue encore de s’accroître.
 
Le président du gouvernement régional des Canaries, Ángel Víctor Torres, a tenu une conférence de presse. Selon lui, le Cumbre Vieja a craché le double du Teneguía, un volcan voisin entré en éruption en 1071.  
 

De graves conséquences

Le volcan n’a fait aucun mort ni blessé pour l’instant. Cependant, l’éruption a entraîné l’évacuation d’environ 6.000 personnes sur les 85.000 habitants de l’île.

Par ailleurs, elle a détruit plus de 870 bâtiments. Et, selon le système de mesure géospatial européen Copernicus, le volcan a recouvert 358 hectares de terrain.

Durant les premiers jours de l’éruption, la coulée de lave a parcouru six kilomètres. Puis, elle s’est quasiment arrêtée. Elle a enfin fini par atteindre la mer dans la nuit de mardi à mercredi, provoquant des fumées et du gaz toxique.

Afin d’empêcher des intoxications, les autorités ont mis en place une zone de sécurité d’un rayon de 3,5 kilomètres. Plus une zone d’exclusion maritime de deux milles nautiques. Le président du gouvernement régional des Canaries a également conseillés aux habitants de plusieurs quartiers de rester calfeutré chez eux.

La concentration de dioxyde de soufre a augmenté prés de là où la lave se jette dans l’océan. Et les particules de cendre se propagent dans l’ensemble de la zone.

Lors de sa visite sur l’île ce vendredi, le ministre de la présidence, Félix Bolaños, a rassuré les habitants. La reconstruction des zones sinistrées sera la priorité.

Le Premier ministre Pedro Sánchez, déjà venu à deux reprises à La Palma depuis le début de l’éruption, reviendra dimanche 3 octobre sur l’île.

risque de croissance du virus dans les pays de l'Union Européenne

Risque de croissance du virus dans les pays de l’Union Européenne

AZF 20 ans après

AZF 20 ans après