Poutine vise à former une nouvelle génération de partisans, à travers les écoles

À partir de la première année, les élèves de toute la Russie assisteront bientôt à des cours hebdomadaires proposant des films de guerre et des visites virtuelles à travers la Crimée. Ils recevront leur dose de conférences sur la situation géopolitique et les valeurs traditionnelles. En plus d’une cérémonie régulière de lever du drapeau, ils seront initiés à des leçons célébrant la « renaissance » de la Russie sous le président Vladimir Poutine. Un vaste programme !

 

Dans les pas de l’Union Soviétique

Conformément à la législation promulguée par Poutine, tous les enfants russes seront encouragés à rejoindre un nouveau mouvement de jeunesse patriotique à l’image des « Pionniers » à cravate rouge de l’Union soviétique, présidé par le président lui-même.

Depuis la chute de l’Union soviétique, les tentatives du gouvernement russe de transmettre une idéologie d’État aux écoliers se sont avérées infructueuses. Mais aujourd’hui, au cœur de la guerre en Ukraine, Poutine a clairement indiqué que cela devait changer.

Nous devons savoir comment leur transmettre notre idéologie. Notre travail idéologique vise à changer la conscience.

Alors que la guerre en Ukraine approche de la barre des cinq mois, les vastes ambitions pour le front intérieur se précisent. A la clé, une reprogrammation complète de la société russe pour mettre fin à 30 ans d’ouverture sur l’Occident.

Le Kremlin a déjà emprisonné ou contraint à l’exil à peu près tous les militants s’exprimant contre la guerre. Criminalisé ce qui reste du journalisme indépendant russe. Sévi contre des universitaires, des blogueurs et même un joueur de hockey.

Pourtant, nulle part ces ambitions ne sont plus claires que dans la course du Kremlin pour remanier l’enseignement proposé aux enfants dans les 40 000 écoles publiques de Russie.

Des initiatives nationales d’éducation proches de l’endoctrinement, avec la version militarisée et anti-occidentale du patriotisme de Poutine, visant à éliminer toute dissidence potentielle.

Alors que certains experts doutent que les grands projets du Kremlin ne portent rapidement leurs fruits, la puissance de sa propagande sur des jeunes impressionnables apparaît déjà comme évidente.

 

Une élève de neuvième année par exemple, Irina, a déclaré qu’un cours d’informatique à Moscou en mars dernier avait été remplacé par le visionnage d’un reportage de la télévision d’État sur les Ukrainiens se rendant aux troupes russes. Et une conférence expliquant que seules les informations provenant de sources officielles russes devaient être de confiance.

Elle a rapidement remarqué une transformation chez certains amis qui avaient d’abord été effrayés ou confus par la guerre.

Ils ont soudainement commencé à répéter ce que disait la télévision. Ils ont soudainement commencé à dire que tout cela était mérité, que cela devait arriver.

 

Les enseignants constatent également un changement. Dans la ville de Pskov, près de la frontière estonienne, Irina Milyutina, professeure d’anglais, a déclaré que les enfants de son école se disputaient à l’origine vigoureusement pour savoir si la Russie avait raison ou non d’envahir l’Ukraine. Des discussions qui conduisaient parfois à de vraies bagarres.

Et puis progressivement, les voix dissidentes se sont évaporées. Les enfants ont griffonné des Z et des symboles de soutien à la guerre sur les tableaux noirs, les bureaux et même les sols. À la récréation, des élèves de cinquième et de sixième se sont fait passer pour des soldats russes. Les élèves les moins appréciés sont appelés les Ukrainiens.  

La propagande a fait son travail ici.

Milyutina, 30 ans, a été arrêtée en février pour avoir protesté contre la guerre. Mais a pu conserver son poste d’enseignante.

Les directives du gouvernement pour organiser une série de cours de propagande pro-guerre sont arrivées dans son école dans les semaines qui ont suivi l’invasion. Et celles-ci se sont propagées à travers les établissements scolaires.

 
 

 

Une société militarisée

Le témoignage de l’intensification de Poutine depuis des années pour militariser la société russe, en s’appuyant sur l’assurance que la guerre était justifiée.

Le patriotisme devrait être la valeur dominante de notre peuple,

déclarait un haut responsable du Kremlin, Aleksandr Kharichev, lors de l’atelier du mois dernier organisé par le ministère de l’Éducation.

Sa présentation définissait d’ailleurs sans détour le patriotisme. « Être prêt à donner sa vie pour la Patrie. »

Selon Novikov, chef de la direction des projets publics du Kremlin, les enseignants sont plutôt confrontés à une tâche urgente. Effectuer un travail d’explication, et répondre aux questions difficiles des élèves.

Alors que tout est plus ou moins contrôlable avec les plus jeunes, les étudiants plus âgés reçoivent des informations via une grande variété de canaux.

Grâce à Internet, 36 % des Russes âgés de 18 à 24 ans s’opposent à la guerre en Ukraine, contre 20 % pour tous les adultes.

En amont de la rentrée prochaine, le Kremlin travaille à codifier ses ambitions éducatives. Un projet de décret publié par le ministère de l’Éducation le mois dernier prévoit d’inscrire les deux décennies au pouvoir de Poutine dans le programme scolaire standard. Tandis que l’enseignement de l’histoire lui-même deviendra plus doctrinal.

 

Quels enseignements au programme ?

Le décret stipule que les cours d’histoire russe devront inclure plusieurs nouveaux sujets tels que :

  • La renaissance de la Russie en tant que grande puissance au 21e siècle.
  • La réunification avec la Crimée.
  • L’opération militaire spéciale en Ukraine.

Et tandis que la norme éducative existante de la Russie stipule que les étudiants doivent être capables d’évaluer différentes versions de l’histoire, la nouvelle proposition indique qu’ils doivent apprendre à défendre la vérité historique. Et à découvrir les falsifications de l’histoire de la patrie.

En tant qu’employés du gouvernement, les enseignants n’ont généralement pas d’autre choix que de se conformer aux nouvelles exigences. Des dizaines d’enseignants ont pourtant refusé d’enseigner les cours de propagande, créant une agitation politique dans les écoles techniquement illégale en vertu de la loi russe. 

Vous avez juste besoin de trouver la force morale pour ne pas faciliter le mal,

explique Sergei Chernyshov, enseignant dans un lycée privé dans la ville sibérienne de Novossibirsk qui a résisté à la promotion de la propagande gouvernementale. 

En septembre, une telle résistance pourrait devenir plus difficile. Les écoles devront ajouter une heure de cours chaque lundi pour promouvoir la version du patriotisme du Kremlin. 

Pour marquer l’anniversaire de l’annexion de la Crimée, les élèves de la première à la septième année participeront à des excursions virtuelles à travers la péninsule de la mer Noire. En octobre, les élèves de cinquième année et plus auront une session apparemment destinée à décourager l’immigration. Son titre ? « Le bonheur, c’est d’être heureux chez soi ».

L’infrastructure de propagande de Moscou destinée aux enfants reste toutefois beaucoup plus limitée qu’elle ne l’était à l’époque soviétique. Chernyshov, directeur de l’école de Novossibirsk, estime que les tentatives du Kremlin de vendre son militarisme aux enfants finiront aussi par se heurter au bon sens des jeunes esprits.

Un autoportrait caché de Van Gogh découvert derrière une peinture

Les banques centrales mondiales intensifient la lutte contre l'inflation

Les banques centrales mondiales intensifient la lutte contre l’inflation