Vous ne croirez pas ce qu’on a découvert dans les caves de l’hôtel de Bullioud à Lyon !

Vous ne croirez pas ce qu’on a découvert dans les caves de l’hôtel de Bullioud à Lyon !

Une découverte archéologique inédite

Lyon, la capitale de la région Rhône-Alpes, est célèbre pour son riche patrimoine historique. Mais personne ne s’attendait à ce que les caves de l’hôtel de Bullioud, situé au cœur de la Presqu’île et datant du XVIe siècle, recèlent un trésor archéologique aussi fascinant.

Les propriétaires de l’hôtel, qui souhaitaient entreprendre des travaux de rénovation, ont fait appel à une équipe d’archéologues pour mener des fouilles préventives. Ce qu’ils ont découvert dans les caves a dépassé toutes leurs attentes.

Les archéologues ont mis au jour un réseau complexe de tunnels et de salles souterraines, parfaitement préservés. Ces structures datent de l’époque romaine et semblent avoir été utilisées à des fins religieuses. Les murs sont ornés de fresques colorées représentant des divinités romaines et des scènes de rituels.

Un lien surprenant avec la religion romaine

Cette découverte est d’une grande importance pour l’histoire de Lyon, car elle confirme l’importance de la ville dans la religion romaine. Lyon, connue sous le nom de Lugdunum à l’époque, était un important centre religieux de la Gaule romaine.

Les archéologues pensent que les caves de l’hôtel de Bullioud étaient un lieu de culte dédié à la déesse Cybèle, une divinité orientale vénérée à Lyon à l’époque romaine. Les fresques représentent des scènes de rituels et des offrandes à la déesse, ce qui confirme cette théorie.

Cette découverte remet également en question l’idée que Lyon était uniquement un centre économique et politique à l’époque romaine. Elle montre que la ville avait également une dimension religieuse importante, avec des sanctuaires dédiés à des divinités étrangères.

Une ouverture au public prévue

Les propriétaires de l’hôtel de Bullioud sont conscients de la valeur historique et culturelle de cette découverte. Ils ont décidé de conserver les caves en l’état et de les ouvrir au public. Des aménagements seront réalisés pour permettre aux visiteurs de les explorer en toute sécurité.

Cette ouverture au public devrait attirer de nombreux curieux et touristes intéressés par l’histoire de Lyon. Elle permettra également aux chercheurs et aux étudiants en archéologie d’étudier de près ces vestiges exceptionnels.

Des perspectives de recherche prometteuses

Cette découverte soulève de nombreuses questions et ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Les archéologues se demandent notamment comment ce réseau souterrain était connecté au reste de la ville et quelle était son utilisation précise.

De plus, la présence de fresques aussi bien préservées dans les caves de l’hôtel de Bullioud suggère qu’il pourrait y avoir d’autres trésors archéologiques cachés sous les rues de Lyon. Cette découverte incite les chercheurs à poursuivre leurs fouilles et à explorer encore davantage le passé de la ville.

En conclusion, la découverte des caves de l’hôtel de Bullioud à Lyon est d’une importance capitale pour l’histoire de la ville et de la région Rhône-Alpes. Ces vestiges romains exceptionnels ouvrent de nouvelles perspectives de recherche et offrent un aperçu fascinant de la dimension religieuse de Lyon à l’époque romaine. La conservation et l’ouverture au public de ces caves permettront à tous de découvrir ces trésors archéologiques et de mieux comprendre l’histoire de Lyon. Une véritable invitation à plonger dans l’histoire fascinante de cette ville millénaire.

Marc Duteil Journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Né en 1965 à Toulouse, Bernard Duteil est un journaliste reconnu et respecté pour sa rigueur, son analyse pénétrante et son engagement indéfectible pour la vérité. Fils d'une enseignante et d'un avocat, il a grandi dans une atmosphère où l'importance de l'éducation, de l'éthique et de la justice étaient profondément enracinées.

Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences humaines, il est entré à l'Université de Toulouse Jean Jaurès où il a obtenu une licence en communication et journalisme. A la fin de ses études, Bernard s'est lancé dans un voyage autour du monde qui a duré un an, nourrissant sa curiosité insatiable et forgeant sa perspective globale.

Bernard a fait ses débuts journalistiques au "Nouvel Observateur", où il s'est rapidement distingué par son style d'écriture incisif et sa capacité à explorer en profondeur des sujets complexes. Par la suite, il a travaillé pour "Le Monde", où il a couvert des sujets allant de la politique internationale à la culture, avant de rejoindre "France Info" puis se dédier à l'écriture de pige pour plusieurs rédactions dont NewsFrance.org

Les secrets bien gardés de l’Université Toulouse 1 Capitole : une institution qui défie le temps !

Corniche Kennedy : comment profiter d’une journée de farniente entre amis sans se ruiner