CNews, la chaîne peut-elle jouer dans l’élection présidentielle ?

Quelle sera l'influence de CNews sur la politique et les élections de 2022 ?

La chaîne d’information CNews est fière de dire qu’elle se bat pour une liberté d’expression qui serait compromise. Alors même qu’elle a été condamnée à une amende par l’autorité de régulation de l’audiovisuel pour incitation à la haine raciale.

 

CNews aborde des problèmes de société explosifs

CNews domine les chaînes d’information en France, en offrant une plate-forme pour les politiciens. Souvent d’extrême droite. Mais aussi fait la part belle aux climato-sceptiques, et le Docteur Didier Raoult,  partisan tristement célèbre pour l’utilisation de l’hydroxychlorocyanine, médicament pour traiter le Covid.

On la compare à Fox News. La chaîne américaine ultra-conservatrice qui aime les débats houleux jusqu’à la polémique. Elle aborde aussi des problèmes de société explosifs. Et ça marche!

Milliardaire français Vincent Bolloré, ancien PDG du groupe de médias Vivendi, est incontournable dans le débat national. Les sujets les plus chauds y sont débattus. Comme l’insécurité, l‘immigration et la place de l’islam en France. Des sujets qui ne manqueront pas de sous-tendre l’élection présidentielle de 2022.

L’extraordinaire influence du média et le rôle controversé de la chaîne se sont précisés cette semaine. En effet, sa star numéro un a été contrainte de démissionner en raison de sa probable candidature à la prochaine élection présidentielle. Nous parlons évidemment d’Eric Zemmour.

Dans un pays où nous ne faisons pas confiance aux médias, CNews a émergé à un moment de grande insatisfaction. C’est à dire à la suite des manifestations des gilets jaunes de 2018, qui, à l’instar de l’élection de Donald Trump aux États-Unis, ont provoqué un important examen de conscience chez les journalistes.

Renforcés par les médias traditionnels, les gilets jaunes ont ajouté le sentiment que les médias sont focalisés sur Paris et déconnectés du reste du pays. Dans cette nouvelle ère, les manifestants s’en prennent parfois aux journalistes de reportage, et parfois violemment.

Serge Nedjar, le PDG de CNews, explique :

Les gens en ont marre de la justice politique. Et donc en France, depuis 30 ans, 40 ans, l’information est entre les mains de journaux, de télévisions, de quotidiens qui disent la même chose.

 

Le décryptage et les débats

Contrairement à ses concurrents, CNews se concentre sur « le décryptage et les débats » à partir de sujets que Serge Nedjar juge nécessaires pour les Français mais qui ont été délaissés. Ou du moins, insuffisamment abordés par les médias : « Culpabilité, insécurité, immigration ».

Nous avons créé cette chaîne en pensant que nous parlions de tout, y compris des sujets inflammables.

Souligne-t-il.

Serge Nedjar affirme qu’il ne connaissait pas Fox News à l’époque de la création de CNews et nie toute comparaison.

Fox News, ça marche très bien alors, semble-t-il.

Mais pour les critiques, le problème est moins le sujet que la façon dont CNews les traitent. Elle met l’accent sur des opinions qui ne sont pas souvent étayées par des faits ou des sondages. Par conséquent, la chaîne réoriente les préjugés ambiants et approfondit la ségrégation d’une société déjà polarisée.

Pour l’historien Alexis Lévrier à l’université de Reims.

C’est une façon de dissiper l’opinion publique. C’est ce qu’on entend au café du Commerce.

 

Des divisions raciales

Dès la rentrée, CNews est revenu sur une recette rodée pour opposer des divisions raciales et religieuses. Cette fois en réponse à l’annonce d’Emmanuel Macron sur son plan de relance de Marseille. Après des années d’immigration en provenance d’Afrique, ville dont la population est la plus diversifiée.

Sur CNews, une présentatrice et ses invités, dont un porte-parole du Rassemblement National, ont prédit à plusieurs reprises l’échec du plan. Les invités ont décrit Marseille comme une ville de non-droit. 

 

Eric Zemmour, personnalité principale de la chaîne, est une figure nationale. Cependant, il fait l’objet de deux décisions du CSA. Il n’hésite pas à prendre possession de la théorie du complot dite du « grand remplacement » de la population fondée par les nouveaux venus d’Afrique.

Cet été, le pouvoir de CNews s’est peut-être encore accru lorsque M. Bolloré, son propriétaire milliardaire, a repris la radio Europe 1. Plusieurs animateurs de CNews sont désormais présents sur les deux chaînes.

Patrick Cohen, journaliste chevronné, était l’un des nombreux à avoir quitté Europe 1. De peur que la chaîne ne devienne une version radio de CNews. D’après lui :

La raison d’être de ces chaînes n’est pas une recherche de vérité, mais une recherche de controverse. La fonction de ces chaînes est de créer des fractures.

 

CNews influencera-t-elle l’élection présidentielle ?

Cependant, Patrick Cohen estime que l’influence de CNews sur la politique et les élections de 2022 restera limitée. Car CNews est peut-être la chaîne d’information la plus regardée, mais sa part d’audience est inférieure à celle des chaînes normales.

Serge Nedjar reconnaît que CNews était petite et modeste. Mais capable de faire bouger sur des sujets brûlants. Il pense que CNews inquiète certaines personnes au gouvernement à ce sujet. Car celles-ci craignent que cela puisse aider à porter Marine Le Pen au pouvoir.

Je pense qu’ils ont peur de l’influence de CNews qui, je vous le dis, n’est pas énorme, mais ils ont peur de l’influence de CNews à quelques mois de l’élection présidentielle

Dit-il.

Daniel Ortega, président du Nicaragua, en quête d'un quatrième mandat

Daniel Ortega, président du Nicaragua, en quête d’un quatrième mandat

9 noyés en Méditerranée

9 noyés en Méditerranée