Des menaces de sécurité pèsent sur les Jeux olympiques de Paris de cet été

Tony Estanguet, président du comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris, a le sommeil tranquille. Interrogé il y a quelques jours lors d’un déjeuner avec des journalistes dans un restaurant italien de la banlieue nord de Paris sur ce qui le préoccupe à quelques mois de la cérémonie d’ouverture du 26 juillet, il a répondu : « Pour moi personnellement, pas grand-chose.

Estanguet, qui a remporté l’or olympique à Sydney, Athènes et Londres dans sa carrière de canoéiste, a ajouté : « Il n’y a rien qui montre que nous n’allons pas y arriver.

Le village olympique sur les rives de la Seine est terminé. Les sites et les stades sont prêts. Tout est prêt pour que la capitale française accueille les Jeux pour la première fois depuis un siècle et devienne le centre du monde cet été.

Mais il y a une chose qui, à un peu plus de 100 jours de l’ouverture, préoccupe les autorités et les spécialistes : la sécurité. Ces Jeux Olympiques se dérouleront dans un contexte international tendu, avec les guerres au Moyen-Orient et en Ukraine.

L’une des menaces est la Russie. Paris se prépare à des cyber-attaques russes ou à des campagnes de désinformation. « Ce sera un risque », a déclaré le président français Emmanuel Macron lors de l’inauguration du Centre aquatique jeudi. « C’est pourquoi nous devons rester fermes.

Une autre menace pèse sur l’événement : le terrorisme. Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la police nationale et aujourd’hui conseiller municipal d’opposition à Paris, explique : « Je suis inquiet. Organiser quelque chose comme les Jeux Olympiques, c’est énorme et il y a sans doute des risques objectifs.

Depuis 2015, la France a subi plusieurs attentats et compte sur son territoire une multitude d’islamistes radicaux susceptibles de passer à l’action. L’attaque près de Moscou, la capitale russe, le 22 mars, dans laquelle 144 personnes ont été tuées, a renforcé l’alarme selon laquelle l’État islamique ou une organisation similaire pourrait tenter quelque chose de similaire en Europe occidentale.

Les Jeux olympiques sont un spectacle universel dont l’audience peut dépasser le milliard de téléspectateurs : une scène appétissante pour toute revendication, y compris les plus violentes. Il y a des précédents : l’assassinat d’athlètes israéliens par un groupe palestinien à Munich en 1972 a inauguré une ère de terrorisme international.

Cérémonie d’ouverture

Le moment le plus important est la cérémonie d’ouverture qui, pour la première fois, se déroulera en dehors d’un stade et dans un environnement urbain. Les athlètes défileront sur des bateaux le long de la Seine pendant six kilomètres, avec Notre-Dame, le Louvre et la Tour Eiffel en toile de fond.

Lire aussi :  Les 5 raisons pour lesquelles la Bibliothèque Sainte-Geneviève est un incontournable à Paris

« Le risque a été anticipé et mesuré, et les moyens sont énormes », affirme M. Péchenard. « Mais le concept même de la cérémonie d’ouverture, qui s’annonce magnifique sur le plan esthétique et artistique, donne des sueurs froides en matière de sécurité.

« Nous serons prêts », a promis Macron au Centre aquatique. « Si la menace évolue, nous avons des scénarios de repli à notre disposition ». Le président a ainsi laissé entendre qu’il existait un plan B au cas où quelque chose tournerait mal à la dernière minute, ou si de nouveaux risques apparaissaient.

Paris s’adaptera à la situation du moment en fonction des menaces et des capacités à assurer la sécurité des spectateurs et des athlètes. Elle l’a d’ailleurs déjà fait.

Initialement, 600 000 personnes étaient attendues sur les berges de la Seine pour suivre la cérémonie. Aujourd’hui, elles sont 300 000. Il était même question de faire circuler 160 bateaux pour les athlètes, il y en a 94, a expliqué Marc Guillaume, préfet de la région parisienne, lors d’une audition au Sénat début mars.

Lors de la même séance, la directrice générale de la sécurité intérieure, Céline Berthon, a constaté que « depuis un peu plus d’un an », la menace terroriste s’accroît. Il s’agit de « profils assez jeunes, souvent très actifs sur internet, extrêmement violents, consommateurs de contenus violents et capables d’agir rapidement avec des moyens rudimentaires », a-t-elle précisé.

Le ministère de l’Intérieur vérifie l’identité et les antécédents des personnes impliquées dans les Jeux, du million de volontaires, dont les porteurs de la flamme olympique, aux 20 000 agents de sécurité privée. Parmi les volontaires, 180 000 contrôles ont déjà été effectués et 800 personnes ont été éloignées, dont 15 ont été identifiées comme une menace potentielle. Parmi les agents de sécurité privée, 1 000 ont été retirés, dont 102 ont été identifiés comme une menace potentielle.

« Il n’y a pas que les islamistes radicaux qui veulent passer à l’action », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à LCI. « Il peut aussi s’agir de personnes issues de l’écologie radicale qui souhaitent éteindre la flamme et pouvoir montrer au monde entier la cause qu’elles défendent.

La mobilisation des forces de sécurité est sans précédent. Ce sont 45 000 policiers et gendarmes qui seront déployés pour la cérémonie d’ouverture. Toutes les personnes présentes dans le public seront soumises à des contrôles.

Lire aussi :  Découvrez les secrets choquants de l'Opéra Garnier : Scandale et trahison révélés !

« Je suis plutôt confiant dans les forces de sécurité du pays », déclare Guillaume Farde, professeur à l’Institut d’études politiques et spécialiste des questions de sécurité. « Ce que j’observe, c’est qu’elles sont capables et qu’elles ont fait face à des défis difficiles au cours des 15 dernières années.

Guillaume Farde cite la manifestation du 11 janvier 2015, après l’attentat contre le magazine satirique. Charlie Hebdoainsi que le Championnat d’Europe, un an plus tard. Aucun incident n’est à déplorer.

Aujourd’hui, en France, des voix défaitistes s’élèvent pour dire : « Il faut arrêter », [la ceremonia] Le risque est nul, on va à la catastrophe », explique l’expert. « Il y a une méthode pour garantir le risque zéro, c’est de ne rien faire. La question est de savoir quel risque vous prenez pour réussir, car il n’y a pas de réussite sans prise de risque. Il faut les évaluer en permanence, ce qui est le cas actuellement, et réajuster le système en fonction de l’évolution de la menace, ce qui est également le cas.

Le criminologue Alain Bauer, qui avait prévenu il y a deux ans que la cérémonie d’ouverture relevait de la « folie criminelle », déclare : « Beaucoup de choses ont changé depuis cette déclaration, mais le risque est toujours très élevé pour le public, les athlètes et donc l’image des Jeux olympiques. Des plans de remplacement ont été mis en place et le réalisme s’installe progressivement au sein du ministère de l’intérieur et de la préfecture de police.

Estanguet, président du comité d’organisation, rappelle que la sécurité est au cœur du projet olympique depuis le début et que Paris et la France ont de l’expérience. Il rappelle que la candidature a été annoncée après les attentats de janvier 2015 : « Il y a eu une réponse politique à l’époque, qui a été de dire : « La France continuera à défendre son image, son mode de vie, nous ne reculerons pas ».

Suivez toute l’actualité internationale sur Facebook y Xou en notre lettre d’information hebdomadaire.

_

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications
Lire aussi :  La bataille de Cadix qui a donné son nom à la place du Trocadéro à Paris est vieille de deux siècles.

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Musée Georges-Labit (Toulouse)

Les secrets bien gardés du Musée Georges-Labit : plongez dans l’univers mystérieux de l’art oriental !

EL PAÍS

L’entrepreneur qui veut créer à Malasaña une scène comparable à celle de Paris ou de Londres