Emmanuel Macron réunit les dirigeants européens à Paris pour « faire comprendre à Poutine qu’il ne gagnera pas ».

Le président français Emmanuel Macron et ses partenaires européens veulent envoyer un message au Russe Vladimir Poutine : l’Europe, deux ans après l’attaque de grande ampleur contre l’Ukraine, n’est pas fatiguée de la guerre et ne permettra pas à la Russie de la gagner. Une vingtaine de dirigeants et de ministres de l’UE et de l’OTAN tenteront lundi à Paris de contrer le pessimisme occidental quant à l’évolution des combats et s’engageront à accroître l’aide au pays sinistré.

Les dirigeants présents à Paris sont confrontés à des doutes croissants quant à leur capacité à livrer à temps et en quantité suffisante les armes et les munitions dont l’Ukraine a besoin pour stopper l’avancée des Russes. Le Président ukrainien Volodymir Zelensky devrait s’adresser à la session d’ouverture à 17h00 par liaison vidéo.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le premier ministre espagnol Pedro Sánchez assisteront à la conférence, mais l’Italienne Giorgia Meloni ne devrait pas être présente. Les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni, partenaires de l’OTAN mais non membres de l’UE, sont représentés par un secrétaire d’État adjoint dans le cas des États-Unis et par des ministres dans le cas des deux autres pays.

La réunion, improvisée à la hâte par Macron, répond à l’urgence du moment. Une raison immédiate : le blocage de l’aide au Congrès américain, qui laisse les Européens seuls à aider l’Ukraine. Et une autre à moyen terme : l’hypothèse qu’avec la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles de novembre, la première puissance mondiale se désengage de l’Europe.

« Si nous ne nous donnons pas les moyens de faire plus et en même temps mieux. [por Ucrania]nous risquons de céder trop d’espace aux Russes », a déclaré un conseiller du président français, qui a requis l’anonymat, à la veille du sommet. L’objectif du sommet est double, selon le conseiller : « Signaler très clairement au président Poutine que, premièrement, il ne gagnera pas, et deuxièmement, que nous ne sommes pas fatigués, que nous sommes totalement déterminés ». Le conseiller a ajouté : « Nous sommes motivés et engagés dans la victoire de l’Ukraine ».

Lire aussi :  Pablo Picasso : une vie sous surveillance

Le contexte interne européen compte également, avec en ligne de mire les élections législatives de juin et les mobilisations paysannes. L’une des raisons de ces protestations, d’autant plus importante qu’elles sont proches de la frontière de l’UE avec l’Ukraine, est le rejet de la concurrence des produits agricoles ukrainiens et la crainte de l’entrée de l’Ukraine dans l’UE.

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont signé des accords de sécurité avec l’Ukraine cet hiver, à la suite d’une décision du G7 en juillet dernier. Bien que ces accords les engagent pour les dix prochaines années à aider le pays attaqué, ils ne remplacent pas l’obligation de défense mutuelle que représenterait l’adhésion à l’OTAN.

Accélérer la production de munitions

L’un des points dont les dirigeants discuteront à Paris est la manière d’accélérer la production de munitions pour l’Ukraine ou leur achat auprès de pays tiers. « Nous devons être en mesure de livrer plus d’obusiers », explique le conseiller de l’Élysée. « Nous achèterons des obusiers là où ils sont disponibles.

En arrière-plan de la réunion se trouve la discussion sur la question de savoir qui fournit plus ou moins d’aide à l’Ukraine. La France, qui apparaît en moins bonne position que l’Allemagne dans le classement établi par l’Institut économique de Kiel, soutient que ce n’est pas seulement la valeur économique des armes qui doit être quantifiée, mais aussi leur efficacité sur le théâtre de la guerre.

Dans les mois qui ont suivi l’invasion de 2022, Macron a maintenu un canal de dialogue avec Poutine, qu’il avait coupé il y a plus d’un an. Il a également irrité l’Ukraine et les partenaires du flanc oriental de l’UE en déclarant qu’il fallait éviter d' »humilier la Russie ». Il a désormais abandonné cette position et la conférence de Paris peut être interprétée comme une tentative d’assumer le leadership européen dans la guerre et vis-à-vis de Poutine.

Lire aussi :  Les secrets bien gardés du Pont Neuf : plongez dans l'histoire fascinante de ce monument emblématique !

Macron dénonce depuis quelques semaines ce qu’il appelle le « changement de posture » de la Russie, « plus agressive, pas simplement à l’égard de l’Ukraine », comme l’a déclaré le président français il y a dix jours lors d’une conférence de presse avec Zelenski à Paris. Il faisait référence à une série d’actes considérés comme hostiles, allant des campagnes de désinformation au possible déploiement d’armes nucléaires russes dans l’espace. A cela s’ajoutent la mort en détention du dissident russe Alexei Navalni et l’assassinat en Espagne d’un transfuge russe.

« Ce changement de position de la Russie, a déclaré le président français, appelle une réaction collective.

Suivez toute l’actualité internationale sur Facebook y Xou en notre lettre d’information hebdomadaire.

_

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Lire aussi :  🌟 Zendaya Éblouit à la Semaine de la Mode de Paris 2024

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Opéra Bastille

Vous ne croirez pas ce que l’Opéra Bastille a prévu pour sa prochaine saison !

Vingt-et-un pays se réuniront à Paris lundi pour envoyer un message à M. Poutine.

Vingt-et-un pays se réuniront à Paris lundi pour envoyer un message à M. Poutine.