Informations et actualités françaises

La mobilisation des agriculteurs français s’étend et les blocages atteignent les portes de Paris

Les agriculteurs français continuent d’exprimer leur indignation et les actions de protestation qui ont débuté la semaine dernière dans la région Occitanie se sont étendues tout au long de la semaine à une grande partie du pays, y compris à des points situés à la frontière avec l’Espagne. En outre, plusieurs syndicats ont appelé leurs membres à entamer un « blocus de Paris » à partir de ce vendredi afin d’accroître la pression sur le gouvernement, qui s’apprête à annoncer des mesures d’allègement pour le secteur dans le courant de la semaine.

Dans un communiqué commun publié jeudi, plusieurs syndicats agricoles ont appelé à la mobilisation pour bloquer les voies d’accès à la capitale « de 14 heures à minuit » vendredi. Dès les premières heures de la matinée, des actions avaient déjà été recensées en région parisienne : dès 5h30, la radio France Bleu Paris a annoncé une opération de ralentissement de la circulation près de l’Essonne, à une heure de la capitale. Toujours en région parisienne, d’autres blocages et rassemblements de tracteurs ont lieu depuis les premières heures de la matinée.

Cependant, pour l’instant, « il n’y a pas d’intention d’entrer dans Paris », a déclaré Clément Torpier, président du syndicat des Jeunes Agriculteurs de la région parisienne, au micro de BFM-TV.

Jeudi, les barrages routiers et les manifestations se sont multipliés dans tout le pays. Dans plusieurs villes du sud, région durement touchée par l’épizootie, les moments ont été tendus : à Bordeaux, des agriculteurs ont également attaqué la préfecture, jetant de la paille, du fumier et des pneus devant elle, avant d’y mettre le feu. À Agen, mercredi, des manifestants ont encerclé la préfecture et brisé les clôtures qui l’entouraient, et jeudi, ils ont déversé du fumier devant la gare et bloqué les voies, provoquant l’arrêt du trafic.

Lire aussi :  Les incroyables coulisses de l'Opéra Bastille révélées : préparez-vous à être éblouis !

Cependant, l’exécutif, par la voix du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, a appelé les forces de l’ordre à laisser les agriculteurs poursuivre leurs actions. « On ne répond pas à la souffrance en envoyant la police anti-émeute », a-t-il déclaré lors d’une interview télévisée lundi. TF1. M. Darmanin estime que les agriculteurs ont « le droit de revendiquer » et a déclaré qu' »en tant que ministre de l’Intérieur, et à la demande du Président de la République et du Premier ministre, nous les laisserons continuer ».

Une politique qui contraste avec les réponses précédentes du gouvernement français aux manifestations d’autres groupes. Un fait souligné par plusieurs partis d’opposition de gauche. « Les ‘gilets jaunes’ qui ont été blessés, les syndicalistes criminalisés, les migrants dont les camps ont été détruits, les jeunes écologistes réprimés avec des armes de guerre… apprécieront que la réponse du gouvernement français aux manifestations ne soit pas seulement une réponse aux manifestations mais aussi une réponse aux manifestations. [esta nueva postura] »,a-t-il ironisé sur le réseau social X Clémentine Autain, députée de la France Insoumise.

Contenir l’indignation

Hausse des coûts, perte de pouvoir d’achat, manque de reconnaissance sociale et complexité excessive des procédures administratives sont parmi les principaux problèmes dénoncés par les agriculteurs. Cette semaine, les principaux syndicats du secteur ont présenté au gouvernement une liste d’une centaine de mesures, dont des aides « immédiates » et une réduction des contraintes environnementales.

Ils ont également exprimé leur rejet des accords de libre-échange – en particulier celui que l’UE négocie avec le Mercosur – qui, selon eux, permettent l’importation de produits qui ne sont pas soumis aux mêmes règles que celles de l’UE.

Lire aussi :  Découvrez le paradis caché en plein cœur de Paris : la Coulée verte René-Dumont !

Selon plusieurs médias français, le gouvernement prépare une réponse d’urgence sous la forme d’aides financières (notamment pour le gazole non routier) et d’une simplification des procédures afin d’assurer un accès plus rapide aux aides (par exemple en cas de catastrophes naturelles). A moyen terme, d’autres formalités administratives seront revues, ainsi que la méthodologie des contrôles par les agents de l’Office français de la biodiversité.

Y, selon Le MondeLe gouvernement accepterait également de s’engager à faire pression sur Bruxelles pour que la législation européenne soit plus favorable aux agriculteurs à l’avenir. Le nouveau premier ministre travaille contre la montre pour trouver une réponse qui calmera le mécontentement des agriculteurs sans mettre en péril les mesures environnementales ou violer les accords de l’UE.

L’exécutif français est sous pression alors que d’autres groupes appellent à rejoindre et à élargir les manifestations. Jeudi, la Confédération générale du travail (CGT) a appelé ses militants à « à aller à la rencontre des travailleurs agricoles […] Nos discussions doivent nous permettre d’élargir la mobilisation et de créer des accords sur la manière de bien vivre de notre travail, de bien nous nourrir, tout en protégeant notre santé et celle de la planète.

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Lire aussi :  Vous ne croirez pas les incroyables spectacles qui se déroulent au Grand Rex !

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Les agriculteurs français menacent de bloquer Paris

Les agriculteurs français menacent de bloquer Paris

Découvrez comment le sirocco peut transformer votre journée en une véritable oasis de chaleur et de bonheur !

Back to Top