Le chorégraphe Mourad Merzouki introduit le hip hop participatif et viral dans la danse des Jeux olympiques de Paris

Mourad Merzouki (Lyon, 50 ans) se présente en personne comme la danse qu’il pratique : sympathique et accessible. Sa façon de parler est aussi quelque peu didactique, et cet aspect correspond parfaitement au rôle de transmetteur de danse qu’il développe depuis une trentaine d’années. Dans des centres chorégraphiques comme celui de Créteil, qu’il a dirigé entre 2009 et 2023, dans de grands festivals comme Karavel ou Kalypso, et à travers sa compagnie Käfigcréé en 1996 et l’un des premiers au monde à produire des spectacles de danse hip-hop. Lorsque j’ai commencé à amener la danse hip hop sur scène, beaucoup de gens ont dit que cela ne durerait pas, que ce n’était qu’une mode, mais ce n’était pas le cas, et elle s’est solidement établie sur scène parce que cette double particularité a permis à la danse hip hop de faire partie de la scène. Mais ce n’était pas le cas, et elle s’est imposée sur scène parce que cette double particularité lui a permis de se développer dans deux directions compatibles : dans les théâtres, avec des chorégraphies qui dépassent l’aspect démonstratif, qui remettent les choses en question et qui ont un engagement artistique ; et dans la rue, où elle est née et où les battles de hip hop continuent de se développer. break dance ».

Merzouki est également le créateur de la danse officielle des prochains Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, La danse des jeux, une pièce qui se veut participative et virale. Le créateur est d’ailleurs actuellement à Madrid pour former des professeurs à cette chorégraphie et encourager la transmission. « L’idée est que tous ceux qui veulent danser puissent le faire. La danse des jeux« , explique-t-il à ce journal. « Avec une structure très claire, basée sur la chorégraphie et l’improvisation (les piliers de la danse hip hop aujourd’hui), l’idée est de créer une communauté et de communiquer à travers elle partout dans le monde. À cette fin, quelques tutoriels sont disponibles sur YouTube, de niveau simple y avancépour apprendre cette danse des jeux. Ceux qui oseront l’enregistrer et l’envoyer pourront participer à un concours dont les meilleures propositions seront choisies pour participer physiquement à Paris, à une date à déterminer, entre mai et juin.

Il semble tout à fait approprié qu’un chorégraphe de danse hip hop renommé soit chargé de l’ouverture des jeux de Paris 2024, une édition qui reconnaîtra pour la première fois le caractère unique de la danse hip hop. break dance (un style inclus dans la danse hip hop dans lequel Merzouki se sent plus à l’aise au niveau de l’interprétation) avec la catégorie du sport. « Il y a eu beaucoup de débats à ce sujet en France. Certains n’étaient pas d’accord pour le considérer comme tel, car c’est un art. D’autres, dont je fais partie, pensent que c’est une bonne nouvelle car le sport et l’art ne sont pas incompatibles. Les Jeux Olympiques vont donner beaucoup de lumière et de diffusion à l’aspect combat ou compétition du sport. break dance« .

Invité par Institut français de Madrid Mourad Merzouki présentera également ce mercredi au siège de cette institution son travail Phénixune œuvre pour quatre danseurs (deux danseurs contemporains et deux danseurs hip hop) et un musicien qui jouera de la viole de gambe en direct. « C’est un instrument très ancien qui va dialoguer avec la musique électronique, comme j’aimerais que le monde dialogue en général. La danse hip hop a deux défis : celui de la création et celui du social », explique-t-il. Créée en 2022, la pièce s’inspire de la coexistence artistique qui traverse le discours de Merzouki, formé aux arts du cirque et aux arts martiaux et passionné par le mélange de la danse et des nouvelles technologies. « J’ai créé cette pièce dès la fin de la pandémie, et c’est la première fois que je travaille sans décor, de manière très simple. C’est une œuvre qui recherche la générosité de la danse et de la musique et qui se déroule dans la surprise de la rencontre ».

Médaille d’honneur de la ville de Lyon et membre du comité de soutien à l’art chorégraphique du ministère français de la Culture, Mourad Merzouki reconnaît l’accessibilité de la danse comme l’un de ses credos artistiques. Tant pour la pratiquer que pour l’apprécier. « J’ai choisi ce métier pour créer des liens de toutes sortes, même entre pays. Pour partager mon travail avec tous les publics et donner une image de convivialité et de respect à travers une danse née dans les rues des quartiers populaires.

_

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Lire aussi :  Découvrez les secrets cachés de Belleville : le quartier parisien qui émerge de l'ombre !

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Le Passage des Panoramas : un voyage dans le temps au cœur de la capitale

Jardin Japonais (Toulouse)

Vous ne croirez pas à quel point ce jardin japonais toulousain est incroyablement zen !