Le loyer « vertigineux » qui guette Zurich, Dublin, Paris ou Londres

À Zurich, les chasseurs d’appartements apportent du vin et des chocolats à la visite pour se démarquer de la foule des locataires intéressés. À Amsterdam, les étudiants universitaires passent des mois à essayer de trouver un logement avant le début des cours. À Dublin et à Lisbonne, les jeunes professionnels abandonnent et retournent vivre chez leurs parents. Une transformation des capitales européennes qui change la carte à une « vitesse vertigineuse », selon les associations de locataires et les experts de plusieurs villes.

Dans les grandes villes européennes, les locataires sont confrontés à une grave pénurie d’offres qui pousse les prix à des niveaux record. La hausse des taux hypothécaires a contraint les gens à renoncer à l’achat d’un logement, tandis que l’inflation fait grimper le coût des matériaux de construction, ce qui nuit à l’offre. Les politiques gouvernementales et les tendances post-pandémiques en matière de main-d’œuvre ont poussé les travailleurs étrangers qualifiés, qui peuvent souvent payer plus que les locaux, vers Paris, Dublin, Berlin et Lisbonne, tandis que le retour des étudiants dans les salles de classe après le Covid a stimulé la demande dans des villes comme Londres et Amsterdam.

La tendance à l’augmentation rapide des loyers depuis la pandémie n’est pas propre à l’Europe, mais elle a été exacerbée sur le continent par la taille relativement petite des villes et la plus grande concentration d’immeubles historiques et de faible hauteur. Si les gouvernements ne prennent pas de mesures, en particulier du côté de l’offre, ils risquent d’accroître considérablement les inégalités, car ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter un bien immobilier consacrent une plus grande part de leurs revenus au logement.

« Les loyers augmentent et cela rend la vie particulièrement difficile aux personnes qui n’ont pas de patrimoine générationnel », a déclaré Christine Whitehead, professeur d’économie du logement à la London School of Economics. « Il y a une grande différence entre un jeune de 25 ans qui cherche un logement, avec des parents qui sont déjà propriétaires et qui louent des biens, et des jeunes qui commencent à voler de leurs propres ailes.

À Amsterdam, les choses sont difficiles même pour les étudiants universitaires qui bénéficient d’un soutien local. Hendrine van Walbeek, 54 ans, propriétaire d’une petite entreprise à Terneuzen, dans le sud-ouest des Pays-Bas, a commencé à chercher sur des sites de location des chambres pour son fils Mike près d’Amsterdam en avril, se connectant au moins 10 fois par jour pour vérifier s’il y avait du nouveau. En août, quelques semaines avant le début de ses cours dans la capitale en septembre, l’étudiant en physique n’avait toujours pas été convoqué pour une visite.

Lire aussi :  Les activités les plus fun à faire au Parc des Buttes-Chaumont - Vous ne vous ennuierez jamais !

Hendrine a essayé une autre stratégie : elle a créé une annonce sur Mike avec des détails sur ses intérêts et ses besoins, et l’a postée sur les médias sociaux. Mike a ainsi reçu quelques invitations et, à moins de quinze jours du début des cours, la famille a finalement trouvé une chambre pour 500 euros par mois, factures comprises, à Uithoorn, une banlieue située à 45 minutes de l’université de Mike.

« Il faut être acharné pour que cela fonctionne », a déclaré M. Van Walbeek. « C’est aussi simple que de dire qu’il y a trop de gens qui veulent vivre là et qu’il n’y a pas assez de chambres.

La pénurie de logements est particulièrement aiguë dans la capitale néerlandaise, qui est devenue un pôle d’attraction pour les étrangers : 18 000 nouveaux arrivants se sont installés dans cette ville de quelque 882 000 habitants en 2022. Des entreprises néerlandaises comme ING, Royal Philips et Just Eat Takeaway.com ont augmenté leurs effectifs ces dernières années. Le climat fiscal favorable de la ville l’a rendue attrayante pour de grandes entreprises internationales telles que Tesla et Netflix, qui y ont installé leur siège européen. Selon un récent rapport du gouvernement municipal, la croissance démographique « extrême » a entraîné une pénurie d’environ 200 000 logements dans la ville.

D’autres capitales sont dans une situation similaire. La population de Dublin a augmenté de près de 12 % au cours de la dernière décennie, car les allègements fiscaux ont incité des entreprises pharmaceutiques et technologiques internationales telles que Meta, Alphabet’s Google et Pfizer à y établir leur siège européen.

Ces politiques commencent à susciter des réactions négatives, les entreprises citant fréquemment le logement comme l’un des principaux obstacles au recrutement et à la fidélisation. La compagnie aérienne à bas prix Ryanair a loué des logements étudiants pendant l’été pour loger son personnel et envisage d’acheter des appartements pour ses employés, selon les médias locaux.

Lire aussi :  Critique du projet de Sunak d'expulser les migrants vers le Rwanda : "Cela coûterait moins cher de les loger au Ritz à Paris".

À Zurich, où se trouve le plus grand centre de recherche de Google en dehors des États-Unis, le taux d’inoccupation des appartements n’est que de 0,07 % et les files d’attente pour visiter les appartements dépassent souvent les 100 personnes. Il est devenu habituel pour les chasseurs d’appartements d’apporter des lettres de recommandation, des contacts en ressources humaines, des relevés bancaires et des cadeaux tels que du vin et des chocolats lorsqu’ils sont invités à visiter une propriété.

Walter Angst, codirecteur de l’association des locataires de Zurich, s’attend à ce que les loyers augmentent d’environ 30 % d’ici à 2025, car la hausse des taux d’intérêt fait grimper la demande. De nombreux ménages consacrent déjà plus d’un quart de leur revenu disponible au loyer, de sorte que beaucoup seront contraints de quitter la ville, ce qui accélérera la transformation des quartiers qui se produit déjà à une « vitesse vertigineuse », a-t-il déclaré.

Dans de nombreuses villes d’Europe de l’Est, la pénurie de logements et la hausse des prix des loyers sont exacerbées par l’afflux soudain d’Ukrainiens fuyant la guerre. En Estonie, l’une des principales destinations des réfugiés ukrainiens, les prix des loyers ont augmenté de 22 % en 2022, selon Eurostat. Les locataires de Tallinn sont souvent contraints de faire des concessions, en déménageant dans des propriétés plus petites et moins chères et en louant dans des villes plus petites en dehors de la capitale, s’il est possible de déménager, selon Risto Vahi, un analyste de la société immobilière Uus Maa.

Suivez toutes les informations de Cinco Días à Facebook, Twitter y Linkedinou à notre lettre d’information Agenda Cinco Días

Inscrivez-vous gratuitement pour continuer à lire dans Cinco Días

Si vous avez un compte EL PAÍS, vous pouvez l’utiliser pour vous connecter.

Merci d’avoir lu Cinco Días

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications
Lire aussi :  Découvrez le secret bien gardé du Bois de Boulogne qui rend les Parisiens plus heureux!

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Découvrez les secrets cachés de la Rue de Rivoli: Vous n’en croirez pas vos yeux!

Découvrez le secret bien gardé de Toulouse : la Fondation Bemberg, un trésor artistique méconnu qui rivalise avec les plus grands musées !