Le skateboard espagnol décroche l’or sur la route de Paris 2024

Si tout va bien dans les mois à venir, le skateboard sera à nouveau représenté par l’Espagne aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Elle le sera par deux figures opposées : Danny León (29 ans, Madrid), un vétéran de la discipline en Espagne, et Naia Laso (15 ans, Bermeo), l’un des jeunes les plus prometteurs de la scène espagnole. Tous deux ont remporté des victoires sans précédent ce week-end lors de la dernière étape du circuit mondial à Dubaï, capitale des Émirats arabes unis. Les deux médailles d’or représentent un nouveau sommet pour le skateboard espagnol qui, sans grande structure ni tradition autre que sa prolifération dans les rues depuis les années 1990, a déjà réussi à placer quatre athlètes aux Jeux de Tokyo 2020. Les victoires de León et Laso dans la catégorie « park » lors de la clôture du World Skate Tour (WST) signifient également un ticket pour la phase finale du tournoi de qualification préolympique, qui aura lieu dans les prochains mois.

« C’est ma première victoire [en WST]. Et c’était aussi ma première finale. Je me sens super bien », a déclaré León, l’un des visages les plus reconnaissables et l’un des rares chanceux à avoir pu se consacrer à plein temps au skateboard en Espagne, avant même l’avènement des bourses olympiques et des sponsors. « Pour l’instant, je suis sur un nuage. Je n’arrive toujours pas à croire ce qui se passe. Ce qui vient de se passer. Je pense qu’il me faudra des jours et des semaines pour l’assimiler. Mais je suis très heureux. Je n’ai pas de mots », a ajouté le patineur de Móstoles dans des déclarations recueillies par ‘.Olympics.com‘.

León a remporté sa première victoire sur le circuit mondial avec un score de 90,93 réalisé lors de la première manche de la finale. Les autres participants n’ont pas réussi à franchir la barre des 90 et l’Espagnol s’est imposé devant le champion du monde en titre, l’Américain Gavin Bottger, et le Danois Viktor Solmunde. Laso, qui s’entraîne tous les après-midi après les cours, a obtenu 93,46 points lors de la dernière épreuve et a battu le Japonais Hiraki Kokona, champion du monde en titre et vice-champion olympique (91,60), et Hasegawa Mizuho, 13 ans (88,91). « J’étais très nerveuse et je voulais juste terminer le tour. J’étais déjà contente », a admis la prodige espagnole du skateboard après avoir frôlé la perfection en finale.

La patineuse basque, qui a commencé à faire du skateboard à l’âge de sept ans, s’est rapidement distinguée dans les compétitions nationales et est devenue championne d’Espagne à l’âge de 12 ans. À 14 ans, elle a terminé cinquième de sa première Coupe du monde, et maintenant elle a fait le pas définitif vers l’élite des rampes avec sa victoire à Dubaï. « J’avais une grande confiance en Naia, je savais qu’elle allait gagner. Elle a le niveau », a déclaré León. « Elle n’y croyait pas, mais je la regarde patiner depuis longtemps, comment elle évolue, comment elle apprend. Vous lui dites une figure et elle la fait en moins de dix essais… Et nous savions qu’elle pouvait être au top », a conclu sa coéquipière.

Les finales de qualification olympique se dérouleront en deux événements à Shanghai (Chine, 16-19 mai) et à Budapest (Hongrie, 20-23 juin). Les 44 meilleurs athlètes du classement WST par discipline et par sexe se disputeront les 22 derniers billets pour Paris 2024. Le résultat de Dubaï comptera pour le classement final, ce qui représente une grande avancée dans les options de León et Laso pour confirmer leur présence à Paris 2024.

Lire aussi :  Les secrets choquants du Musée d'Orsay révélés : des tableaux volés et des affaires d'espionnage!

Vous pouvez suivre EL PAÍS Deportes sur Facebook y Xou inscrivez-vous ici pour recevoir notre lettre d’information hebdomadaire.

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Lire aussi :  Le sommet de la Tour Montparnasse offre une vue à couper le souffle - Vous ne devinerez jamais ce que vous pouvez y voir !

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Marais

Le Marais : terre d’excentricités et de folies ? Les habitants dévoilent leurs secrets les plus fous !

Basilique Saint-Sernin (Toulouse)

Découvrez la beauté époustouflante de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse – Les photos vont vous faire rêver !