Paris et Francfort sont les favoris pour accueillir le siège de l’agence européenne de lutte contre le blanchiment d’argent.

Jeudi, l’UE choisira le siège de la nouvelle Agence européenne de lutte contre le blanchiment de capitaux (AMLA) et ce, selon un nouveau système électoral qui introduit une grande incertitude quant au résultat final. Cette fois-ci, ce ne sont pas seulement les États membres qui décideront, comme c’était le cas jusqu’à présent, où la négociation entre les capitales jouait un rôle presque exclusif. Cette fois-ci, le Parlement européen est également impliqué et dispose du même nombre de voix. En principe, il y a deux villes favorites sur les neuf qui choisissent d’accueillir le siège de cette agence avec ses 400 employés, Paris et Francfort, selon la plupart des sources consultées tant au Conseil de l’UE qu’au Parlement européen. La France et l’Allemagne sont les deux plus grands États de l’UE, ce qui constitue toujours un facteur déterminant. Toutefois, de nombreuses personnes au fait du processus estiment que Madrid a ses chances, principalement parce que sa candidature est populaire parmi les députés européens. Le choix du siège est la dernière étape avant la création de l’agence européenne et la mise en œuvre du nouveau règlement.

« Il n’est pas bon d’être trop confiant ou triomphaliste, mais il ne faut pas non plus dire que tout est perdu. Je crois sincèrement que nous avons des options », a déclaré le maire de Madrid, José Luis Martínez-Almeida, dans des propos rapportés par Efe. Ses propos sont plus optimistes que ceux de la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, qui considérait la semaine dernière que la ville était quasiment condamnée. La capitale espagnole est en concurrence avec Paris, Francfort, Rome, Bruxelles, Vienne, Dublin, Riga et Vilnius. La liste est de neuf, mais ceux qui ont des options sont réduits à trois, bien qu’il n’y ait pas de pénurie de ceux qui l’étendent à quatre, en ajoutant la capitale italienne. En d’autres termes, les candidatures des quatre plus grands pays de l’UE.

Lire aussi :  Les syndicats français annoncent la fin des blocages de Paris et des autoroutes

Les options de la capitale espagnole s’élargissent, notamment parce que sa candidature a été bien accueillie par le Parlement européen. Selon des sources provenant de différents groupes politiques, les eurodéputés optent pour Paris et Madrid, ce qui ne veut pas dire que Francfort sera laissée de côté. En effet, la liste du plus grand groupe, le Parti populaire, inclut Francfort et Vilnius en plus de Paris et Madrid. Cependant, l’intention des conservateurs, comme celle des socialistes, des libéraux rénovateurs (où Ciudadanos est inscrit) et d’autres groupes de l’Assemblée serait de parvenir à une position de consensus autour d’une liste de villes plus courte, et c’est là que les candidatures françaises et espagnoles émergent.

Du côté du Conseil de l’UE, plusieurs sources soulignent que les États tentent de parvenir à une position fermée autour d’une seule ville, et que l’Allemagne mise fortement sur Francfort. Si Berlin finit par obtenir gain de cause et que les autres pays adoptent une position unique lors de la réunion conjointe de jeudi, il sera très difficile d’inverser la situation.

Difficile, mais pas impossible. Cette fois-ci, pour la première fois, le Parlement a également son mot à dire. Cela est dû à un arrêt de la Cour de justice de l’UE qui, en réponse à un recours de Milan contre le choix d’Amsterdam comme siège de l’Agence européenne des médicaments, a décidé que le Parlement européen devait également être impliqué dans ces processus. Après de nombreux va-et-vient entre les deux co-législateurs de l’UE et, comme l’arrêt de Luxembourg est intervenu en pleine négociation des textes juridiques, une solution a été trouvée : 27 voix au Conseil de l’UE, une par pays, et 27 autres aux députés européens, réparties proportionnellement au nombre de sièges, de sorte que le PPE aura le plus de voix (8), puis les socialistes (6), puis Renouveau (4) et ainsi de suite jusqu’à la gauche, qui n’en a qu’une seule. Toutefois, si le Conseil de l’UE se prononce en bloc, les représentants des groupes politiques devraient en faire de même et les deux institutions en décideront ce jeudi matin.

Lire aussi :  Arrestation d'une personne ayant blessé plusieurs passants dans une gare parisienne

« Le groupe PPE soutient Madrid comme l’un des principaux candidats à l’organisation de l’AMLA. Nous espérons que demain [por este jueves] sera la ville choisie. Cette candidature bénéficie du soutien total de la délégation espagnole du Groupe PPE. […] Nous espérons que le Conseil européen, où siège le gouvernement espagnol, soutiendra également la candidature de Madrid », a déclaré le chef du Parti populaire espagnol au Parlement, Dolors Montserrat.

Suivez toutes les informations de Économie y Entreprises à l’adresse Facebook y Xou dans notre lettre d’information hebdomadaire

_

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Lire aussi :  Les dirigeants du G20 envoient un message symbolique sur un objectif climatique clé.

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Place Vendôme

Rencontrez les designers de renom qui font briller la Place Vendôme : Leurs créations vont vous couper le souffle !

Isild Le Besco Lumière sur l'ombre

Lumière sur l’ombre : Le courage d’Isild Le Besco