Plus de 2 000 étudiants devront quitter leur logement à cause des Jeux olympiques de Paris mais recevront une compensation

La ville de Paris finalise les détails des Jeux Olympiques de cet été. Jeux Olympiques en pleine polémique étudiante. Plus de 2 000 étudiants universitaires devront être relogés car leur logement au Crous, organisme qui gère notamment les résidences universitaires, sera mis à la disposition des pompiers, des gardiens, des forces de l’ordre et de la sécurité civile.

Pour tenter de calmer le jeu, la ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleaua expliqué jeudi dans une interview au Parisien que les étudiants qui doivent se loger pendant les Jeux recevront une indemnité de 100 euros et se verront offrir « deux places pour assister aux événements olympiques ».

« Chaque année, en Ile de France, 30 % des logements du Crous sont occupés par des étudiants. (6 000 appartements) restent inoccupés pendant l’été parce que les étudiants cessent de les louer pour diverses raisons », rappelle le ministre. « Sur ces quelque 6 000 logements étudiants vides, l’idée est d’en utiliser 3 200 », indique M. Retailleau, qui précise que « 2 200 étudiants devront être relogés ».

« Le bon sens.

Selon le ministre, « le bon sens veut que les logements vides pendant l’été contribuent à répondre aux besoins en matière de logement auxquels sont confrontés les fonctionnaires pendant les Jeux olympiques et paralympiques ».

En outre, il affirme que 1 667 logements dans le village olympique et le village des médias seront convertis en logements pour étudiants à la fin des Jeux et seront disponibles pour l’année académique 2024-25.

Lire aussi :  Exode des franciliens : 1,2 millions ont quitté la région parisienne entre le 13 et le 20 mars
Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Lire aussi :  Le café de Paris où l'on ne vous laisse pas sucer votre cuillère et où l'on n'ouvre que sur réservation.

Ce pays brille avec une économie bien supérieure à la Chine !

Vous ne croirez pas ce que l’Orchestre National du Capitole de Toulouse a fait pour révolutionner la musique classique !