Raphinha se sent comme Ronaldinho à Paris

Raphael Dias, dit Raphinha, toujours altruiste, a incarné l’excellent esprit d’équipe dont a fait preuve le Barça au Parc des Princes. La réussite personnelle de l’attaquant, qui a inscrit ses deux premiers buts en Ligue des champions dans l’un des meilleurs matches de Xavi cette saison, a pour une fois été combinée à son effort habituel au service des milieux de terrain et des défenseurs du Barça. La productivité du Brésilien n’est généralement pas à la hauteur de son travail car il termine mal la tâche qu’il conçoit habituellement très bien, plus généreux qu’égoïste comme est censé l’être un joueur qui fait partie de l’attaque du Barça. Raphinha a échangé son rôle avec Lewandowski le temps d’un match sans cesser d’être Raphinha. Le Brésilien a complété le jeu d’assistance du Polonais, excellent avec sa taille, et le jeu en profondeur de Lamine Yamal.

« J’ai fait l’un de mes meilleurs matches », a-t-il reconnu dans la salle d’interview après avoir été désigné MVP du match contre le PSG de Mbappé et Dembélé. Très peu de joueurs attaquent mieux les espaces et en sortent aussi bien que Raphinha, un joueur difficile à classer pour les fans de Barcelone, car il n’a pas la virtuosité de Neymar ou de Ronaldinho, ni l’anonymat de Paulinho. « L’intensité et le dynamisme, sa capacité à exercer une forte pression, sont essentiels », a ajouté l’entraîneur du Barça. Cela faisait cinq ans que les Azulgrana n’avaient pas remporté un quart de finale de Ligue des champions à domicile, la dernière victoire remontant à Old Trafford contre Manchester United en avril 2019 sur un but contre son camp de Shaw : 0-1. Le but de la victoire à Paris a été inscrit par Raphinha.

A 27 ans, la valeur du Brésilien augmente juste après avoir récupéré de deux blessures et alors que son nom commence à être évoqué sur le marché des transferts, les acheteurs potentiels étant conscients des difficultés financières du Barça et de son besoin de corriger le fair-play financier exigé par la Liga. Le club a encore quelque 30 millions à amortir sur un joueur, en provenance de Leeds, qui lui a coûté 48 millions fixes plus 12 variables en 2022 et dont le contrat expire en 2027. L’agent de transfert est Deco, qui deviendra un an plus tard directeur sportif du FC Barcelone. Une opération qui a mis Dembélé en alerte. Le Français a signé au PSG non seulement pour l’argent et pour améliorer ses perspectives, mais aussi parce qu’il sentait que son statut de titulaire pouvait être compromis par l’arrivée de Deco à la tête de l’organisation sportive du Barça.

La situation était toutefois compliquée pour Raphinha par l’émergence de Lamine Yamal et le positionnement de Gavi comme quatrième milieu de terrain dans l’entrejeu de Xavi. Il y avait même l’alternative João Félix. Plus à l’aise sur le flanc droit, le Brésilien a trouvé sa place sur le flanc gauche en raison des blessures et de son excellente prestation une fois sa condition physique retrouvée, déjà décisive face à l’UD Las Palmas. « L’avantage qu’il a, c’est qu’il peut jouer à quatre ou cinq postes offensifs », souligne Xavi, un entraîneur qui demande à Raphinha de contrôler sa vitesse : « Parfois, il va trop vite à cause de son envie », dit Xavi. Les chiffres du Brésilien incitent à l’optimisme : 8 buts (5 en Liga) et 10 passes décisives contre 10 et 12 la saison dernière où il avait été décisif dans plusieurs matches qui s’étaient terminés sur le score de 1-0 (Valence, Osasuna et Athletic).

« Je me considère comme un combattant », se souvient Raphinha, qui compte parmi ses idoles Ronaldinho, Neymar et Deco. « Si je peux faire la moitié de ce qu’ils ont fait au Barça, ce sera déjà beaucoup », annonçait-il le jour de sa présentation. Si l’azulgrana sait qu’il n’a ni le dribble, ni le un contre un, ni le « jogo bonito » des illustres attaquants brésiliens, il sait aussi que peu ont une mentalité aussi forte que la sienne, particulièrement utile « pour aider le Barça à redevenir le Barça ».

Raphinha a toujours voulu jouer pour le Barça depuis qu’il a vu la ville de Barcelone pour la première fois, enfant, lors d’un voyage de son père, membre du groupe de pagode que Ronaldinho engageait pour animer ses soirées d’après-match au Camp Nou. En tant que joueur de Leeds, il n’a jamais hésité à choisir entre le Barça et Chelsea.

Lire aussi :  Les boutiques insolites du Passage des Panoramas qui vont vous faire craquer

Le match contre le PSG lui servira également à se justifier en tant qu’international brésilien. Dans son pays, on a les mêmes doutes qu’au Barça. Il n’est pas un titulaire indiscutable ni un remplaçant par définition, mais un joueur que les entraîneurs apprécient pour sa lecture tactique des matchs, pour sa capacité à aider l’équipe et surtout les latéraux offensifs comme Danilo (au Brésil) ou João Cancelo (au Barça) et pour sa contribution avec des buts décisifs comme ceux du Parc des Princes. Raphinha se bat, récupère, gagne et perd des ballons et décide même de matchs comme celui contre le PSG, probablement le match le plus important au niveau européen pendant la période où Xavi était l’entraîneur du Barça. Raphinha s’est senti comme Ronaldinho le temps d’une journée à Paris.

Vous pouvez suivre EL PAÍS Deportes à l’adresse suivante Facebook y Xou inscrivez-vous ici pour recevoir notre lettre d’information hebdomadaire.

_

Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Lire aussi :  Les mystères de la Chapelle Expiatoire enfin révélés ! Vous ne devinerez jamais ce qui s'y cache !

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Le Port de la Daurade (Toulouse)

Le Port de la Daurade à Toulouse : L’endroit où tout le monde veut être cet été, et voici pourquoi !

La sardine

5 astuces surprenantes pour apprêter les sardines et épater vos convives – à tester absolument !