La France rappelle ses ambassadeurs des États-Unis et d’Australie

La France rappelle à ses ambassadeurs des États-Unis et d'Australie

La crise diplomatique entre la France, l’Australie et les États-Unis franchit un nouveau palier avec le rappel de ses ambassadeurs.

 

Un geste fort : les ambassadeurs rappelés en France

Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères annonçait vendredi soir le rappel immédiat « pour consultations » des ambassadeurs de France en Australie et aux États-Unis. L’annonce par le président Biden d’un accord pour la fourniture de sous-marins nucléaires à l’Australie sans consulter les autorités françaises a du mal à passer.

 Dans un communiqué, le ministre déclare :

À la demande du Président de la République, j’ai décidé du rappel immédiat à Paris pour consultations de nos deux ambassadeurs aux États-Unis et en Australie.

Cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées le 15 septembre par l’Australie et les États-Unis.

La décision de M. Macron approfondit la scission entre les deux alliés. 

 

Rappel des faits

Les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni ont annoncé ce mercredi un partenariat stratégique pour contrer la Chine. Un contrat incluant la fourniture de sous-marins américains à propulsion nucléaire à Canberra. 

Cette annonce a deux effets majeurs :

  • L’annulation du contrat de sous-marin avec la France. 
  • La création d’un axe fort entre les Américains et les Australiens. 

La France est ici une victime collatérale.

Et la décision est exceptionnelle, car la mesure est exceptionnelle. Le rappel d’ambassadeurs est une première en temps de paix entre alliés. Ce « contrat du siècle »  avait été conclu en 2016 entre l’Australie et la France.

 

Lire aussi :  Point sur la vaccination anti-covid en France

Quelles sont les conséquences ?

Le retour temporaire des ambassadeurs à Paris est une lourde mesure diplomatique habituellement utilisée contre les ennemis. L’action des deux nations est un grave abus de confiance.

Le ministre Le Drian déclare que le partenariat américano-australien, qui conduit de fait à l’abandon du précédent accord entre l’Australie et la France est  :

Un comportement inacceptable entre alliés et partenaires. Dont les conséquences affectent notre concept très fort pour nos alliances, pour notre partenariat. Et l’importance de l’Indo-Pacifique pour l’Europe. 

 

Une erreur de communication

Des responsables américains reconnaissent avoir informé les Français pour la première fois mercredi matin. Seulement quelques heures avant l’annonce de la mesure par M. Biden.

Ils ont également déclaré que de hauts responsables américains avaient tenté en vain de programmer des réunions avec leurs homologues français. Avant que la nouvelle de la mesure ne soit divulguée dans la presse australienne et américaine.

Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice de l’ONU auprès des Nations Unies, a fait un briefing avec des journalistes vendredi avant l’annonce du rappel du gouvernement français. Elle a tenté de réduire les dommages causés aux relations entre les deux pays :

Nous travaillerons en étroite collaboration avec la France sur des priorités communes dans la région Indo-Pacifique et continuerons de le faire ici au Conseil de sécurité.

Les bons amis ont des désaccords. Vous pouvez être en désaccord et continuer à travailler sur ces domaines de coopération. Parce que vous êtes amis

 

Les États-Unis font profil bas.

Mais la démarche des Français de rappeler leurs ambassadeurs des États-Unis reste, selon Philippe Étienne, un signe de mauvaises relations. Les ambassadeurs sont rappelés en France pour consulter d’autres responsables au sujet de la décision américaine. Cependant, c’est le genre de mesure qui est habituellement prise pour punir un autre pays. 

Lire aussi :  3 000 agents de santé refusent de se faire vacciner. Y a-t-il un danger pour les malades ?

Par exemple, en mars de cette année, la Russie a rappelé son ambassadeur aux États-Unis. Car  M. Biden avait déclaré dans une interview que le président Vladimir V. Poutine « paierait »  pour son ingérence dans l’élection présidentielle de 2020. 

Les responsables de l’administration Biden n’ont pas encore répondu aux demandes de commentaires sur la décision française de rappeler leur ambassadeur.

Marc Duteil Journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Né en 1965 à Toulouse, Bernard Duteil est un journaliste reconnu et respecté pour sa rigueur, son analyse pénétrante et son engagement indéfectible pour la vérité. Fils d'une enseignante et d'un avocat, il a grandi dans une atmosphère où l'importance de l'éducation, de l'éthique et de la justice étaient profondément enracinées.

Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences humaines, il est entré à l'Université de Toulouse Jean Jaurès où il a obtenu une licence en communication et journalisme. A la fin de ses études, Bernard s'est lancé dans un voyage autour du monde qui a duré un an, nourrissant sa curiosité insatiable et forgeant sa perspective globale.

Bernard a fait ses débuts journalistiques au "Nouvel Observateur", où il s'est rapidement distingué par son style d'écriture incisif et sa capacité à explorer en profondeur des sujets complexes. Par la suite, il a travaillé pour "Le Monde", où il a couvert des sujets allant de la politique internationale à la culture, avant de rejoindre "France Info" puis se dédier à l'écriture de pige pour plusieurs rédactions dont NewsFrance.org

Lire aussi :  296 000 cadres recrutés par les entreprises françaises en 2020
Lyxor élargit sa gamme d'ETF obligations vertes avec "ETF Corporate Green Bond"

Lyxor élargit sa gamme d’ETF obligations vertes avec « ETF Corporate Green Bond »

Le Deutsches Hygiene-Museum : un musée qui se souvient des pandémies

Le Deutsches Hygiene-Museum : un musée qui se souvient des pandémies