Sécurité nationale : Macron promet 15 000 millions

La sécurité nationale. Voilà depuis quelque temps LA pierre angulaire de tout programme politique. Afin d’y répondre, Emmanuel Macron annonce une augmentation de 15 000 millions d’euros dans le budget du ministère de l’Intérieur. De quoi doubler les effectifs de la police nationale, s’il était réélu.

En avril déjà, lors d’une visite à Nice, sur la Côte d’Azur, région très sensible aux problèmes sécuritaires, le président de la République avait confirmé la priorité exceptionnelle de sa politique de sécurité intérieure.

 

Depuis mon élection, nous avons eu 10 000 nouveaux policiers. J’ai l’intention de doubler le nombre de policiers, sur le terrain, dans les prochaines années.

Pour Macron, l’augmentation du budget et l’embauche de davantage de policiers et de gendarmes répondent à une urgence nationale à multiples facettes.

Après le pouvoir d’achat, la sécurité nationale et la lutte contre terrorisme… Ce sont les nouvelles réalités qui perturbent bon nombre de Français. La forte criminalité. L’escalade de la violence contre les maires, les sénateurs, les élus locaux, régionaux et départementaux. L’augmentation significative des ventes d’armes.

Entre janvier et novembre de l’année dernière, 162 parlementaires (députés ou sénateurs), 605 maires et plus de 700 membres d’assemblées régionales ou départements ont été victimes d’agressions physiques et/ou verbales.  

 

Sécurité nationale : La France, pays le plus armé d’Europe

Parallèlement, à la même période, la France s’impose comme le pays le plus armé d’Europe. Dans un pays de 67 millions d’habitants, ce sont plus de 12 millions armes qui sont en circulation. Bien souvent non déclarées.

1,2 millions de Français sont des chasseurs, certes. Mais 4 millions supplémentaires sont autorisés à détenir des armes à feu. Le ministère de l’Intérieur a créé un service informatique spécial pour tenter de contrôler les détenteurs d’armes de ce type.

Le récent discours d’Emmanuel Macron annonçant son projet de doubler le nombre de policiers sillonnant les rues françaises, est alors une réponse indirecte, dans un climat de course à la présidentielle où chacun a sa propre façon de voir.

Valérie Pécresse, candidate des Républicains à la présidence de la République, a ainsi déclaré :

Le moment est venu de sortir à nouveau le pulvérisateur pour assainir certains quartiers insalubres.

Si elle devait être élue, Pécresse a promis un grand référendum national pour aborder des questions telles que l’immigration et l’incertitude.

Du côté de l’extrême-droite, Marine Le Pen et Eric Zemmour insistent quant à eux sur l’urgence au quotidien de « rétablir l’ordre » dans les zones « hors de l’État ».

Même la gauche, touchée par une crise historique, s’est attaquée à la question de la sécurité/insécurité. Jean-Luc Mélenchon formule le problème de base en ces termes.

« Les tensions sont très élevées dans de nombreux endroits. Il faut faire baisser cette tension, changer les méthodes de travail et gérer ces crises ».

La France côté culture : Demandez le programme 2022 !

Vers la constitution par le groupe Bolloré d’un « Walt Disney » à la française ?