3 000 agents de santé refusent de se faire vacciner. Y a-t-il un danger pour les malades ?

3 000 agents de santé refusent de se faire vacciner. Y a-t-il un danger pour les malades ?

La France suspend 3 000 agents de santé  pour avoir refusé de se faire vacciner contre la Covid.

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait informé le personnel par écrit avant un délai imposé par le gouvernement. Tous devaient avoir reçu au moins une dose.

 

3 000 agents de santé refusent encore de se faire vacciner

Véran a déclaré que « plusieurs dizaines d’agents » ont cessé de travailler. Ne voulant pas se faire vacciner. Cependant, la France compte environ 2,7 millions d’agents de santé en France. Donc, « la continuité des soins de santé est assurée ».

En juillet, le président Emmanuel Macron avait indiqué au personnel médical. Hôpitaux, maisons de retraite, soins à domicile ainsi qu’aux sapeurs-pompiers qu’ils avaient jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner. En partie (une première dose) ou en totalité.

D’après l’Autorité Sanitaire française, moins de 12% du personnel hospitalier et environ 6% des médecins libéraux doivent encore se faire vacciner.

Actuellement, un peu plus de 47 millions de Français âgés de 12 ans et plus sont complètement vaccinés. C’est-à-dire  81,4 % de la population. De plus, 86,1% ont reçu au moins une dose.

Le ministre de la Santé déclare sur RTL :

Un grand nombre de ces suspensions seront temporaires.

Ils concernent principalement des employés des services de soutien. Comme ceux qui travaillent dans la blanchisserie ou la préparation des repas.

Très peu de médecins et d’infirmières refusent de se faire vacciner. Il précise :

Beaucoup d’entre eux ont décidé de se faire vacciner maintenant et l’obligation de le faire est devenue une réalité. 

Personnel infirmier exposé hier à Lyon affichant une banderole qui dit : « Applaudissements hier, stigmatisation aujourd'hui, licencié le 15/9. »
Personnel infirmier à Lyon. « Applaudissements hier, stigmatisation aujourd’hui, licencié le 15/9 ». 

L’Organisation des Hôpitaux Publics de Paris AP-HP déclare 340 personnes suspendues.

Mais les chiffres sont encore plus élevés dans le sud. Car les réticences aux vaccins sont plus fortes. Ainsi, 450 personnes suspendues à l’hôpital de Nice, 100 à Perpignan, 76 à Brest, et des dizaines dans d’autres grandes villes.

Pass sanitaire utile

Le nombre de cas en France tombe à moins de 100 pour 100 000 habitants, pour la première fois depuis la mi-juillet. Désormais, il n’y a plus qu’environ 10 000 nouveaux cas positifs par jour. Ce qui signifie que les restrictions sanitaires, dont l’obligation du pass sanitaire, est utile.

Mr Véran, ministre de la Santé insiste :

La situation s’est grandement améliorée grâce à la vaccination massive de la population française, grâce aux gestes barrière, à la vigilance des personnes… et au pass sanitaire.

L’épidémie continue. Mais nous la réduisons avec des cas en baisse de 30% en une semaine. Donc nous allons dans la bonne direction. Et nous devons continuer.

Neuf personnes éligibles à la vaccination sur dix, en France, ont été vaccinées. Aujourd’hui, La France est l’un des pays les plus vaccinés au monde. 

Le ministre de la Santé préconise l’obligation vaccinale pour certains travailleurs. Il se défend :

Ce n’est que le premier jour. Mais il n’y a pas eu de chaos. Loin de là. Le nombre de personnes vaccinées dans les hôpitaux et les maisons de soins est bien plus élevé qu’il ne l’aurait été si la vaccination n’avait pas été obligatoire.

Il a déclaré avoir consulté la plupart des fédérations et des ordres du personnel médical. Et d’après le ministre, la plupart approuvent de rendre le vaccin obligatoire pour les agents de santé.

 

Des difficultés si les ambulanciers et pompiers ne veulent pas se faire vacciner

Thierry Schifano est président de la Fédération nationale de la mobilité sanitaire. Selon lui, 13% des conducteurs d’ambulances et de véhicules de santé ne sont pas encore vaccinés. « Et ne veulent pas se faire vacciner ».

Nous risquons de réelles difficultés. Avec l’interruption des traitements pour les patients et la pénurie croissante d’ambulances. Nous devons trouver un moyen d’opérer dans des conditions réduites pendant une courte période.

On estime que seulement 80% des pompiers sont vaccinés. Ils ont déposé des plaintes pour la deuxième fois auprès de la Cour Européenne des droits de l’homme. Malgré le rejet de premières plaintes le mois dernier.

Quoi de neuf du côté du Royaume-Uni ?

Quoi de neuf du côté du Royaume-Uni ?

La sécurité au centre de la campagne présidentielle

La sécurité au centre de la campagne présidentielle