Le point sur le passeport sanitaire européen

Le décompte est lancé ! Le 1er juillet marquera l’entrée en vigueur du passeport sanitaire européen. S’il reste pour l’heure non obligatoire, il contribuera à prouver votre statut de vacciné, testé ou guéri de la Covid-19 pour tous vos déplacements de cet été, à travers une trentaine de pays. Un retour à une (presque) libre circulation dans l’espace Schengen, ouf ! 

Initialement appelé « Certificat Vert Numérique », le passeport sanitaire européen a été dévoilé par le commissaire Thierry Breton, en charge des vaccins dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Ce passeport, c’était un peu une évidence. Début janvier déjà, 62% des Français semblaient pencher vers la vaccination obligatoire pour les personnes souhaitant prendre l’avion. Le précieux sésame ne fait que concrétiser cette volonté.

Ce sont au total 13 États membres de l’Union Européenne qui ont pour le moment amorcé la distribution du passeport sanitaire. En vigueur à partir du 1er juillet, sa durée a été fixée à douze mois. Une période d’introduction progressive de quelques semaines sera appliquée pour les pays ayant besoin d’un délai supplémentaire. 

 

À quoi ressemble le passeport sanitaire européen ?

Disponible gratuitement en version papier ou au format numérique, le passeport sanitaire intègre un QR Code ainsi que la mention de :

  • Votre nom et prénom.
  • Votre date de naissance.
  • La date d’injection et le type de vaccin si vous vous êtes fait vacciner.
  • Votre numéro de passeport.
  • Votre numéro de sécurité sociale.

 

Comment récupérer son passeport sanitaire européen ?

Déjà vacciné ? Rendez-vous dès à présent sur le site Ameli avec vos identifiants pour imprimer votre attestation de vaccination. L’attestation sera mise à jour et disponible après chaque nouvelle injection. Autre solution, scannez le QR Code présent sur votre passeport dans l’application TousAntiCovid. Celui-ci prendra alors place dans la rubrique « Mon Carnet ».

À noter que tous les vaccins ne sont pas encore pris en compte par le passeport. Le vaccin russe Spoutnik V, non autorisé par l’Agence européenne des médicaments, en est par exemple exclu.

Réservé pour l’heure aux personnes vaccinées, le passeport sera étendu d’ici quelques jours aux titulaires d’un test PCR récent ou d’un certificat de contamination récente prouvant une immunité. Une contamination qui devra avoir eu lieu entre six mois et deux semaines plus tôt. 

 

Le passeport sanitaire européen, pour qui ?

Pour tous, mais avec quelques restrictions d’âge selon les pays ! Fixé globalement à 6 ans, l’âge minimum connaît certaines exceptions. 2 ans pour le Portugal, 11 ans pour l’Écosse, qui ne fait plus partie de l’UE depuis le Brexit. À l’inverse, aucun test PCR négatif requis pour les enfants de moins de 6 ans en Grèce, ou en Espagne. Le mieux sera de vérifier les conditions d’entrée du pays de destination avant le départ. 

 
 

Le passeport sanitaire européen est-il obligatoire ?

Non, toutefois un test Covid négatif sera généralement exigé pour s’assurer que vous n’êtes pas porteur du virus. « Nous développons en parallèle une capacité pour avoir des tests antigéniques rapides » assure Thierry Breton. De quoi embarquer pour un vol ou passer une frontière en toute tranquillité.

Les restrictions restent quant à elles fixées librement par chaque pays. Il vous faudra dès lors vous soumettre aux mesures fixées par les autorités sanitaires locales.

 

Passeport sanitaire européen et voyages hors UE

Le certificat sanitaire européen n’a pour le moment aucune valeur en dehors de l’UE. Celui-ci pourrait toutefois être proposé aux citoyens des Etats-Unis afin de faciliter l’entrée en Europe. En attendant, ce sont une multitude de plages et de régions françaises accessibles librement qui n’attendent que vous. Cap sur les vacances !

Lire aussi :  Les dernières nouvelles des États-Unis
Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Lire aussi :  Le plastique: danger pour notre santé

La Samaritaine rouvre après avoir fait une solide cure de jouvence et d’amaigrissement

Tendances saisonnières : une nouvelle canicule en prévision ?