Plaidoirie de parlementaires pour l’interdiction complète des nitrates dans la charcuterie

Les nitrates sont utilisés dans les charcuteries pour empêcher le développement des batteries nuisibles à la santé humaine. Cependant, les parlementaires perçoivent ces conservateurs comme étant des substances cancérigènes à la santé des consommateurs. Ainsi, ces députés recommandent l’interdiction complète du produit dans les charcuteries d’ici 2025.

Interdiction de nitrates dans les charcuteries : une plaidoirie de plusieurs parlementaires

Les enquêtes parlementaires ont révélé que les nitrates sont sources de mort pour le consommateur. Même les emballages peuvent se révéler nocifs pour notre santé.

Sous l’initiative du député Richard Ramos, les parlementaires ont entamé une lutte pour supprimer progressivement les sels nitrités. Cette plaidoirie a été soumise au sénat le 10 décembre 2020 sous la forme d’une proposition de loi.

Cette dernière porte la signature de 70 parlementaires. Et est relative à prohibition progressive de l’ajout des nitrates dans les denrées de charcuterie.

 

L’interdiction progressive des nitrates dans les charcuteries

La plaidoirie vise à interdire la présence des nitrites et des nitrates en 2023 dans la charcuterie crue. Ces substances indexées comme auteurs du cancer colorectal seront également supprimées de la charcuterie cuite d’ici 2025.

Les décalages dans la période d’interdiction sont justifiés. Ils s’expliquent par le fait que plusieurs producteurs de charcuterie crue n’utilisent plus ces additifs. La chambre des députés débattra cette plaidoirie à la fin du mois de janvier.

 

Mesure de prévention avant l’interdiction définitive

Avant la date de l’interdiction définitive, les parlementaires sollicitent un étiquetage des produits qui contiennent les nitrates.

Lire aussi :  Etes vous concerné par la troisième dose de vaccin ?

Il doit ainsi notifier que le produit peut engendrer les cancers colorectaux. Mais également la teneur des additifs. Les bouillons de légumes et même les publicités doivent aussi fournir ces informations.

 

Une initiative soutenue par des milliers de citoyens

Le journal de l’environnement rapporte que plusieurs citoyens ont signé une pétition sur l’interdiction de nitrates dans les charcuteries. En effet, Foodwatch, Yuka et la Ligue ont lancé une pétition contre le cancer en novembre 2020. Cette dernière sollicitait la suppression des nitrites et nitrates de l’alimentation.

À ce jour, cette pétition compte plus de 320 000 signatures. Selon la pétition, le fait d’ajouter ces additifs dans les aliments pose souvent un problème esthétique. En effet, ils teintent les aliments en leur propre couleur.

Cette initiative explique que la suppression de ces substances des charcuteries permettra de prévenir le botulisme. Il s’agit d’une maladie très grave et paralysante.

 

Interdiction de nitrates dans les charcuteries : une lutte de longue haleine

En 2015, l’OMS avait alerté sur le danger que constituent les viandes transformées à bases de nitrates. L’Organisation Mondiale de la Santé avait prévenu que ces viandes sont des produits cancérigènes sûrs.

Ainsi, le personnel sanitaire de la France demandait déjà aux citoyens de réduire la consommation de charcuterie. Le seuil de 150 grammes de charcuteries par semaine était indiqué. Le rapport de l’OMS servira à la mise sur pied de la mission parlementaire diligentée en février 2020.

Lire aussi :  Le film Happening présenté en France
Brigitte Canet journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Brigitte Canet est née à Lyon en 1970. Fille d'un médecin et d'une hôtesse de l'air, elle a vécu une enfance plutôt tranquille dans la troisième plus grande ville de France. Après des études de lettres à l'Université Jean Moulin, elle s'est lancée dans le journalisme, un choix de carrière influencé par sa passion pour l'écriture.

Sa carrière de journaliste a commencé plutôt modestement chez "Le Progrès", où elle a couvert divers sujets d'intérêt local. Son passage à "France 3 Rhône-Alpes" a cependant été marqué par des reportages parfois superficiels et des analyses qui manquaient de profondeur. Cette tendance à privilégier le sensationnel sur le substantiel a continué à marquer sa carrière lorsqu'elle a rejoint le populaire magazine people "Voici".

Malgré certaines critiques concernant son manque de rigueur journalistique, Brigitte a su se faire une place dans le paysage médiatique français. Elle est connue pour son approche sensationnaliste et son style flamboyant, qui, bien que controversés, ont trouvé un public. Ses articles sur la vie des célébrités et les scandales du showbiz sont particulièrement populaires, même si certains les jugent trop intrusifs.

Brigitte Canet a également publié plusieurs livres à sensation sur la vie des célébrités. Ces ouvrages, souvent basés sur des rumeurs et des spéculations, ont été largement critiqués pour leur manque de rigueur et d'objectivité.

Lire aussi :  Comment bien passer l'automne et l'hiver ? 1ere partie/2

Covid-19 : le variant britannique fait déjà des victimes en France

Retour du masque dans 39 départements !

Conseil de défense sanitaire : de grandes décisions sont attendues