Un policier poignardé à Cannes lundi matin

Un policier français a été agressé et poignardé alors qu’il était assis dans sa voiture de patrouille tôt lundi matin dans la ville de Cannes, sur la Côte d’Azur, selon les autorités françaises.

 

L’officier est indemne

Bien que l’officier soit indemne, l’incident a déclenché un cri d’alarme en raison de la nature de l’attaque et de l’historique des attentats terroristes contre la police en France. En effet, il était protégé par un gilet pare-balles. De plus, l’agresseur ait été rapidement arrêté,

Je m’y rends immédiatement dans la matinée et je soutiens pleinement la police nationale et la ville de Cannes.

A déclaré Gérald Darmanin, le ministre français de l’Intérieur, sur Twitter.

 

Une attaque terroriste

Éric Ciotti, avocat représentant le territoire des Alpes-Maritimes dont Cannes, sur Twitter a qualifié l’attaque d’ « attaque terroriste ». En effet, lors de l’attaque, l’attaquant a déclaré qu’il agissait « au nom du prophète ».

Mais les autorités françaises n’ont pas encore officiellement annoncé la cause présumée de l’attaque. De plus, l’identité de l’agresseur n’était pas immédiatement claire.

La police locale annonce que l’attaque a eu lieu devant le commissariat principal du boulevard Carnot. C’est-à-dire dans le centre de Cannes. La situation a été rapidement sous contrôle.

D’après David Lisnard, maire de Cannes :

Un homme a agressé à l’arme blanche des policiers à proximité du commissariat central de Cannes. Un des agents a répliqué avec son arme à feu. Il n’y a pas de décès et les circonstances de l’attaque sont en train d’être élucidées. Soutien total à nos forces de l’ordre.

D’après un responsable du syndicat de police, l’officier était assis dans une voiture de police vers 6h30 lorsque l’agresseur s’est approché du véhicule. Il l’a ensuite poignardé à trois reprises.

 

L’agresseur s’est attaqué à un autre policier qui se tenait hors du véhicule, selon un responsable syndical. Un troisième policier dans la voiture a tiré à plusieurs reprises sur l’agresseur et l’a grièvement blessé.

Les forces de sécurité sont désormais une cible récurrente des terroristes islamistes en France depuis une décennie.

En avril, un extrémiste islamique armé d’un couteau a tué un officier dans un poste de police à environ 40 km au sud-ouest de Paris avant d’être abattu.

D’autres attaques incluent un assaillant de l’État islamique qui a poignardé une policière n’étant pas en service et son compagnon, un employé de la police, à son domicile en 2016. L’année suivante, un homme a tué un vétéran de la police armé sur les Champs-Élysées à Paris.

Et en 2019, dans l’une des pires attaques contre la police française à ce jour, un employé de la police radicale a exécuté quatre de ses collègues à la préfecture de police de Paris.

La Côte d’Azur a également subit de lourds attentats terroristes. Il y a un an, un attaquant au couteau a tué trois personnes dans une église de Nice. Et par-dessus tout, la même ville a été touchée par une attaque au camion qui a fait 86 morts en 2016.

Les services de renseignement et de sécurité ont empêché trente-six attentats terroristes depuis 2017, selon les autorités françaises.

 

Transat Jacques Vabre : à chacun d'écrire son scénario !

Transat Jacques Vabre : à chacun d’écrire son scénario !

La France exigera un rappel pour les 65 ans et plus

Covid-19 : un rappel pour les 65 ans et plus