Crise sanitaire en France : l’achat de résidence principale

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir acheter leur résidence principale.

La crise sanitaire a bouleversé le marché immobilier. Confinement, couvre-feu, télétravail ont donné envie aux Français de privilégier leur habitation. De plus en plus de Français désirent acheter leur résidence principale.

Nous allons aborder les différents points à ne pas négliger.

 

Définir le budget

À voir avec son banquier, mais pas que! N’ayez pas peur de démarcher d’autres banques que la vôtre qui seront prêtes, peut-être à faire des efforts, pour vous récupérer comme client. Vous pouvez aussi faire appel à un courtier en crédits immobiliers.

Dans tous les cas, il faut estimer votre apport et le montant mensuel de crédit que vous pouvez contracter. Selon votre âge, le crédit pourra s’étaler sur 15, 20, voir 25 ans. Mais le taux d’endettement ne pourra pas dépasser 35% (on comptabilise ici tous les revenus et les crédits déjà contractés).

De la même manière démarchez également les assureurs pour économiser sur l’assurance emprunteur qui est obligatoire.

 

Une fois votre enveloppe évaluée, hiérarchisez vos critères

Combien de chambre ou de salle de bain? Maison ou appartement? Ville ou campagne? Avec ou sans sortie? Du neuf ou de l’ancien?

Autant de critères importants à lister par écrit et surtout à hiérarchiser pour savoir sur lesquels vous pourrez faire l’impasse ou pas.

 

L’emplacement

L’emplacement est primordial pour acheter sa résidence principale, car vous ne pourrez pas vraiment agir sur votre environnement, contrairement à l’aménagement de votre maison. Vous devrez choisir : Hypercentre près du métro ou plutôt près des écoles et parcs… Le mieux est de passer régulièrement dans le quartier pour y découvrir les avantages et défauts.

Prenez en compte également la taxe foncière qui peut être différente d’un côté à l’autre de la rue, puisqu’elle varie selon les communes. Si vous êtes toujours décidé à acheter votre résidence principale,  étudiez alors…

 

Le prix du marché

Épluchez les annonces sur les sites spécialisés et sur les vitrines des agences immobilières. Calculez les prix moyens au mètre carré, le prix maximum… Vous pouvez également faire des estimations en ligne.

 

Faites des visites ciblées

Visitez seulement les biens répondants à vos critères prioritaires pour ne pas trop vous éparpiller. Cependant, ne vous arrêtez pas à votre fourchette haute de prix, car suivant les cas les prix sont négociables.

Listez les questions types par écrit pour ne rien oublier. Faites vous accompagner  par votre conjoint et par toutes les personnes impliquées dans le projet. Prenez des photos et n’hésitez pas à regarder l’électricité, plomberie, toiture, tous les communs.  

Lors de la contre visite, faites vous accompagner de professionnels du bâtiment.

 

Chiffrer les travaux

Avec un architecte ou un artisan, définissez les travaux d’amélioration ou de décoration à réaliser (mur lézardé, cloison à abattre, isolation, carrelage…). Demandez des devis pour l’inclure dans l’emprunt. Ensuite, vous déciderais si vous faites vous-même les travaux ou pas.

 

Étudiez le Dossier de Diagnostics Techniques (DDT) 

Ils sont obligatoires pour une vente, mais souvent, le vendeur ne réalise le DDT qu’après la signature de la promesse  de vente, car ce dernier n’est valable que 6 mois. Dans ce cas, mettez le dans les conditions de votre sou seing privé au même titre que l’obtention du crédit.

Le DDT informe sur la surface, la présence d’amiante, de plomb ou termite, l’assainissement,  l’électricité, les risques et pollution, la performance énergétique, émission de gaz et plus, suivant les cas. C’est une radiographie de l’état du bien.

 

La copropriété

Si l’appartement fait partie d’une « copro », elle peut être bénévole ou gérée par une agence, je me renseigne sur le coût annuel… qui s’ajoutera au crédit, tous les mois. Lisez les trois derniers comptes rendus d’AG. Mais c’est encore mieux d’aller à la pêche aux infos directement à l’agence ou auprès du président de la copro.

Regardez s’il n’y a pas de procédures en cours avec un  propriétaire, si des travaux sont à prévoir ou peut-être déjà provisionner…

 

Si le marché est tendu, les négociations sont difficiles. Mais dans les autres cas n’hésitez pas à demander un rabais, s’il y a des travaux par exemple, si les diagnostics révèlent des soucis.  Vous pouvez par exemple négocier des meubles ou installations…

 

Quarantaine

2021 : « Quarantaine » de Peter May enfin publié

2021 : nouvelles étiquettes énergétiques

Mars 2021 : l’arrivée de nouvelles étiquettes énergétiques