L’Insee dévoile son classement des prénoms les plus populaires

Quels sont les prénoms populaires du moment ?

Comme chaque année, l’Insee a établi le classement des 10 prénoms de filles et de garçons les plus  populaires en France. La liste se base notamment sur des données récoltées en 2009. Si certains prénoms semblent indétrônables, de nouveaux promettent de gagner en importance dans les années à venir. Ailleurs dans le monde, certaines tendances semblent également découler tout droit de l’épidémie de coronavirus.

À la recherche d’un prénom pour vos petits bouts à venir ? Le classement de l’Insee pourra peut-être vous aider. Si les prénoms populaires ne vous font pas peur, alors vous miserez peut-être sur Gabriel (donné 4987 fois en 2019) ou Emma (donné 3944 en 2019) qui seront encore très fréquemment entendus dans les maternités. 

Il faut dire qu’il y a peu d’évolution d’une année sur l’autre dans le classement des prénoms les plus populaires. Si Anna tire sa référence pour laisser place à Ambre à la dernière place du podium, nous retrouvons globalement chez les filles :

  • Emma
  • Jade
  • Louise
  • Alice
  • Lina
  • Chloé
  • Rose
  • Léa 
  • Mila
  • Ambre

Les tendances par département chez les filles.

On constate en revanche d’importantes disparités dans l’attribution des prénoms selon les départements. Lina séduit ainsi particulièrement en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Île-de-France, tandis que Jade est plutôt plébiscité en Bretagne ou en Bourgogne Franche-Comté.

Du côté des garçons, les prénoms principaux incluent notamment :

  • Gabriel
  • Léo
  • Raphaël
  • Arthur
  • Louis
  • Lucas
  • Adam
  • Jules
  • Hugo
  • Maël

Les tendances par département chez les garçons.

Gabriel confirme ainsi son statut de prénom le plus populaire depuis 5 ans, même si l’on constate un recul de 8 % par rapport à 2018.  Le prénom Raphaël lui aussi s’est vu reculer à la 3e place au profit du plus récent Léo.

Lire aussi :  Sixième édition de la Journée Sans Voiture à Paris : succès ou fiasco ?

 

Crise sanitaire et prénoms les plus populaires

L’épidémie de coronavirus qui aura marqué cette année 2020 à également encouragé l’apparition de deux tendances bien distinctes.

D’une part, il semble que 2021 verra le retour de prénoms anciens, qui auraient dû en temps normal refaire leur apparition dans une ou deux générations. Mais les bouleversements sociaux du moment ont largement accéléré le rythme habituel de retour à la mode des prénoms.

Bonjour Simone, Suzanne, Jeanne, Lucien ou Marcel qui avaient la côte dans les années 1940 et 1950 auprès de nos grands-parents voire de nos parents. Et puisque l’on constate aujourd’hui un vrai retour au vert et de fortes envies de nature favorisées encore davantage par le confinement, les prénoms liés aux éléments naturels ont encore de beaux jours devant eux. 

Les prochaines naissance pourraient aussi être marquées par Côme pour les garçons, qui fait référence au cosmos, tandis que Jade, Ambre et Alizée devraient se multiplier du côté des filles.  Léo (lion en latin), Lucas (lumière en latin), Myrtille, Cassis ou même Aubépine ont aussi le vent en poupe de même qu’Avril, Lune , ou bien Eole.

Considérés comme des prénoms protecteurs ou porteurs d’espoir dans certaines régions du monde, Corona, Covid ou bien Lockdown ont d’ores et déjà été donnés à certains enfants nés durant la crise sanitaire aux Philippines ou en Inde. Nous n’en sommes pas encore là en France… mais après tout qui sait ?

Lire aussi :  Audiences TV : Mongeville en tête devant les NRJ Music Awards
Marc Duteil Journaliste NewsFrance.org
Journaliste, Pigiste | Plus de publications

Né en 1965 à Toulouse, Bernard Duteil est un journaliste reconnu et respecté pour sa rigueur, son analyse pénétrante et son engagement indéfectible pour la vérité. Fils d'une enseignante et d'un avocat, il a grandi dans une atmosphère où l'importance de l'éducation, de l'éthique et de la justice étaient profondément enracinées.

Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences humaines, il est entré à l'Université de Toulouse Jean Jaurès où il a obtenu une licence en communication et journalisme. A la fin de ses études, Bernard s'est lancé dans un voyage autour du monde qui a duré un an, nourrissant sa curiosité insatiable et forgeant sa perspective globale.

Bernard a fait ses débuts journalistiques au "Nouvel Observateur", où il s'est rapidement distingué par son style d'écriture incisif et sa capacité à explorer en profondeur des sujets complexes. Par la suite, il a travaillé pour "Le Monde", où il a couvert des sujets allant de la politique internationale à la culture, avant de rejoindre "France Info" puis se dédier à l'écriture de pige pour plusieurs rédactions dont NewsFrance.org

Des disparités entre les ménages modestes et les ménages aisés.

Des disparités persistantes entre les ménages modestes et les ménages aisés

Journée sans voiture 2020

Sixième édition de la Journée Sans Voiture à Paris : succès ou fiasco ?